Stéphane Moreau brise le silence suite à sa démission: «C’est extrêmement pénible à vivre»

Stéphane Moreau brise le silence suite à sa démission: «C’est extrêmement pénible à vivre»
PhotoNews

Invité lors de l’émission « C’est pas tous les jours dimanche », Stéphane Moreau brise le silence ce dimanche et répond aux nombreuses critiques et reproches dont il fait l’objet. L’ancien CEO de Nethys affirme n’avoir commis aucune faute, soulignant avoir « défendu l’ancrage liégeois » et « l’emploi. »

Quelques jours après avoir démissionné de ses fonctions d’administrateur-délégué de Nethys, Stéphane Moreau revient sur l’affaire Nethys dont les ventes polémiques Voo-Win-Elicio et le « bashing presse incessant » dont il se dit être victime. « Moralement et physiquement, c’est extrêmement pénible de vivre ça », lance-t-il sur le plateau de RTL.

« Une histoire ubuesque »

Vendredi matin, le parquet général de Liège a mis le dossier à l’instruction chez le juge Frédéric Frenay, spécialisé dans les matières économiques et financières. Des préventions d’abus de confiance, prise illégale d’intérêt et association de malfaiteurs sont visées. La plainte est dirigée contre X. « Le conseil d’administration de Nethys était au courant et tout a été voté à l’unanimité », se défend-il.

Pour Stéphane Moreau, c’est l’incompréhension. L’ancien CEO de Nethys, critiqué pour avoir lancé des opérations dans lesquelles il était à la fois vendeur et acheteur, affirme que toutes les règles ont été respectées. Il pointe également le bilan : 900 emplois et 1 milliard d’euros de valeur ajoutée. « Je serais très malheureux si ce modèle venait à s’effondrer », indique-t-il.

« Par rapport au résultat économique, cette histoire est un peu ubuesque », partage-t-il dénonçant « une suite de non-dialogues et de malentendus. »

« Je pense qu’il y a une très grande incompréhension entre Liège et le reste de la Wallonie sur l’initiative industrielle publique. On aurait pu éviter ça si on n’avait pas exclu tous les députés liégeois de la commission de l’enquête Publifin. »

Sur le même sujet
PolitiquePolice et justice
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite