Rail: les travaux sur la jonction Nord-Midi débutent ce lundi, votre train est-il concerné? (infographie)

Dans cet article
Rail: les travaux sur la jonction Nord-Midi débutent ce lundi, votre train est-il concerné? (infographie)
PhotoNews

Infrabel procède à partir de lundi à la modernisation de 65 signaux et 170 moteurs d’aiguillage situés au sud de Bruxelles-Midi. Ces travaux, qui permettront de passer d’une technologie électromécanique vers le numérique, va avoir un impact significatif sur la capacité de la plus grande gare bruxelloise. Un plan de transport alternatif a été élaboré en conséquence. Il entre en vigueur ce lundi. La fin du chantier est prévue le 11 novembre.

Deux plans alternatifs ont été mis en place, l’un pour les jours de semaine, l’autre pour les week-ends prolongés des 1-2-3 novembre et 9-10-11 novembre.

En semaine, 30 à 50 % des aiguillages situés à l’entrée sud de Bruxelles-Midi seront figés pour renouveler leur moteur. Quatre-vingt-cinq pour cent des 300 trains qui emprunteront la jonction Nord-Midi suivront leur itinéraire habituel. Douze trains P seront supprimés sur l’ensemble de leur parcours, dont un en provenance de Liège et Ans. Enfin, 35 trains P seront limités ou déviés vers d’autres gares bruxelloises (Jette, Bruxelles-Schuman, Bruxelles-Ouest et Mérode). Depuis Namur et Ottignies, deux trains P seront ainsi déviés vers Schaerbeek (avec arrêt à Bruxelles-Schuman). Depuis Charleroi, deux trains P seront déviés via Mérode. Depuis Mons, deux trains P seront déviés vers Bruxelles-Ouest. Enfin, depuis Tournai, un train P sera dévié vers Bruxelles-Ouest, un autre vers Mérode.

Conseils pour les voyageurs

Depuis les gares de l’Ouest et de Mérode, les voyageurs sont invités à poursuivre leur trajet en empruntant le réseau Stib. Les abonnés SNCB ont la possibilité de se procurer un pass permettant l’accès au réseau de transports publics bruxellois pendant la durée des travaux.

Les longs week-ends, seules six voies seront accessibles à Bruxelles-Midi et uniquement depuis le nord, afin de faire circuler des trains d’essai sur chaque itinéraire possible. Aucun train ne circulera entre Hal et Bruxelles-Midi, où un service de bus sera assuré. Les trains internationaux venant de France seront déviés. Leur temps de parcours sera dès lors allongé avant de rejoindre Bruxelles-Midi. Sur la jonction Nord-Midi, un service de six trains par heure sera assuré dans chaque sens. L’aéroport de Bruxelles-National restera desservi depuis le centre-ville à raison de quatre trains par heure depuis Bruxelles-Nord et de deux trains par heure depuis Bruxelles-Midi. Les week-ends des 19-20 et 26-27 octobre ne sont pas concernés par ces mesures et le service habituel sera assuré.

Le retour à la normale est prévu pour le 12 novembre.

La jonction Nord-Midi voit passer 218.000 voyageurs par jour dans quelque 1.200 trains, dont 300 aux heures de pointe. Quelque 27.000 voyageurs seront directement concernés par le plan de transport alternatif, soit 13.500 le matin et 13.500 le soir, selon la SNCB.

Travaux sur le rail dès lundi: les trains concernés

Travaux sur le rail dès lundi: les trains concernés

Quels trains seront impactés par les travaux qui débutent ce lundi à Bruxelles? Sur quels trajets et depuis quelles gares doit-on s'attendre à des perturbations. Le Soir vous propose cet outil de recherche, réalisé sur base des informations de Belgianrail.be, pour y voir clair.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite