Brexit: Barnier évoque des «négociations constructives» mais prévient qu’il «reste beaucoup de travail»

Brexit: Barnier évoque des «négociations constructives» mais prévient qu’il «reste beaucoup de travail»

Michel Barnier, négociateur de l’UE sur le Brexit, a estimé dimanche qu’«il reste beaucoup de travail à faire», pour sortir de l’impasse à 18 jours du divorce prévu entre le Royaume-Uni et l’Union. Il a néanmoins qualifié de «constructives» les négociations qui ont eu lieu tout le week-end entre Londres et Bruxelles, selon un communiqué de la Commission européenne.

Barnier a informé dimanche soir à Bruxelles les 27 ambassadeurs de l’UE de l’avancée de ses discussions avec le Royaume-Uni. Il doit encore faire un état des lieux auprès du parlement européen plus tard dans la soirée, puis mardi, devant les ministres des Affaires européennes de l’Union à Luxembourg.

Le temps presse, à quelques jours du sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles, présenté comme celui de la dernière chance pour éviter une sortie de l’UE sans accord aux conséquences douloureuses, ou un troisième report prolongeant l’incertitude sur le chemin que prendra le Royaume-Uni après 46 ans dans le giron européen.

Londres et Bruxelles ne parviennent pas à s’entendre sur la manière d’éviter, après le Brexit, un retour à une frontière physique entre l’Irlande du Nord, province britannique, et la République d’Irlande, qui restera membre de l’UE, et de préserver la paix sur l’île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un premier tour de piste, Paul Magnette se dit «
un peu plus optimiste
» quant aux chances de succès de la mission que lui a confiée le Roi. © Photo News.

    Gouvernement fédéral: la méthode Magnette ramène un léger souffle d’optimisme

  2. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  3. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite