Brexit: Barnier évoque des «négociations constructives» mais prévient qu’il «reste beaucoup de travail»

Brexit: Barnier évoque des «négociations constructives» mais prévient qu’il «reste beaucoup de travail»

Michel Barnier, négociateur de l’UE sur le Brexit, a estimé dimanche qu’«il reste beaucoup de travail à faire», pour sortir de l’impasse à 18 jours du divorce prévu entre le Royaume-Uni et l’Union. Il a néanmoins qualifié de «constructives» les négociations qui ont eu lieu tout le week-end entre Londres et Bruxelles, selon un communiqué de la Commission européenne.

Barnier a informé dimanche soir à Bruxelles les 27 ambassadeurs de l’UE de l’avancée de ses discussions avec le Royaume-Uni. Il doit encore faire un état des lieux auprès du parlement européen plus tard dans la soirée, puis mardi, devant les ministres des Affaires européennes de l’Union à Luxembourg.

Le temps presse, à quelques jours du sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles, présenté comme celui de la dernière chance pour éviter une sortie de l’UE sans accord aux conséquences douloureuses, ou un troisième report prolongeant l’incertitude sur le chemin que prendra le Royaume-Uni après 46 ans dans le giron européen.

Londres et Bruxelles ne parviennent pas à s’entendre sur la manière d’éviter, après le Brexit, un retour à une frontière physique entre l’Irlande du Nord, province britannique, et la République d’Irlande, qui restera membre de l’UE, et de préserver la paix sur l’île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite