Eden Hazard après le succès belge au Kazakhstan: «Bien préparer l’Euro dans nos clubs respectifs»

Eden dans ses oeuvres.
Eden dans ses oeuvres. - News

Discret en début de match, pas toujours inspiré face à une défense kazakhe bien regroupée, Eden Hazard a réussi à faire parler sa classe en seconde période, à travers une longue passe millimétrée pour Thomas Meunier, auteur du deuxième but. Pour le joueur du Real, cette trêve internationale a fait du bien avant de repartir dans « l’enfer » de Madrid. « Les semaines n’ont pas été difficiles pour moi », tempère le capitaine des Diables. « C’est clair que ça m’a fait du bien, car on voit des choses différentes avec l’équipe nationale. Je savais qu’au Real, tout est grand. C’est pour ça que j’y suis allé. Les critiques de la presse ? Je ne parle pas bien espagnol donc de toute façon… (rires) ».

« Un bon souvenir de Bakou ! »

Concernant la prestation des siens au Kazakhstan, Eden Hazard se réjouissait de voir un groupe qui avait décidé de rester concentré, jusqu’au bout. « On a été sérieux. Il y a quelque temps, on serait peut-être venu en « boycottant » cette rencontre. On a maîtrisé notre sujet, c’est ce qui ressort. »

Les Diables rouges visent plus que jamais le parcours parfait, alors qu’il reste deux rencontres à disputer (Russie et Chypre). « On sait qu’aller en Russie, ce sera compliqué. Mais le plus important pour nous, désormais, c’est de bien préparer l’Euro dans nos clubs respectifs. On sait que c’est à ce moment-là que nous serons jugés. La première place du groupe, évidemment qu’elle est importante ! Pour éviter Bakou ? Moi j’ai des bons souvenirs là-bas ! (NDLR : il a remporté l’Europa League avec Chelsea, en Azerbaïdjan). »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite