Accueil Opinions Éditos

Nethys: le chaînon politique manquant

Stéphane Moreau, après Muriel Targnion, le répétait ce dimanche : de hautes personnalités ont validé si pas les détails, les principes. Qui sont ces « mains invisibles » ? MM. Moreau et Fornieri se refusent à les identifier.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un groupe qui ne ressort pas du secteur privé. Comment en effet, alors que MM. Moreau et Fornieri revendiquent la légalité des actes posés et la logique de la stratégie suivie, continuent-ils à s’en remettre à l’aval donné par des « mains invisibles » pour attester de la légitimité de cessions d’actifs publics sans passer par leur maison mère représentant les communes et les provinces ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Vercruysse Louis, jeudi 17 octobre 2019, 18:05

    donc il y a des plus gros policumuconbinard$ ???

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, mercredi 16 octobre 2019, 11:23

    Dans la franc maçonnerie tout le monde protège tout le monde, jusqu'au boutisme et quelles qu'en soient les conséquences.

  • Posté par Segers Joseph, lundi 14 octobre 2019, 21:23

    comment encore faire confiance a tous ceux pour qui on a voté!! une poubelle, tout ca pour le fric!! c'est a dire, mon et votre argent!!! cella fait des Années que la Wallonie s'empêtre dans les combines de faux et de mensonges combien?de vos chers élus se sont ENRICHIS faite une petite enquète ca vaut la Peine! un ROMAN!!c'est dégoutant !!! n'y a t'il plus des gents d'HONEUR ou sont t'il tous POURIS????mais Habitants de grosse Villas et des voitures qu'il n'ont que 'a prendre...toute taxe payée

  • Posté par Denoel Paul, lundi 14 octobre 2019, 20:06

    Bonjour, vous remettez en cause l'opacité de la gestion, mais sauf erreur de ma part jusqu'au mois de décembre, tout le monde savait qu'avec la sortie de Resa de Nethys voulue par le parlement (sans tenir compte des répercussions) que Voo et d'autres sociétés de l'intercommunale allaient être dans une situation très délicate. Le conseil d'administration de Nethys a tiré la sonnette d'alarme sur cette séparation. Pourquoi dès lors l'exiger alors que ni la Province, ni les communes majoritaires, ne souhaitaient cette séparation? Cet ultimatum était le premier projet de Di Rupo et de son futur copain Borsus / Crucke. Il était clair qu'il voulait mettre la main sur cet outil performant en terme de gestion, de prix, et de complémentarité administrative. Ce départ de Resa et l'obligation de trouver des solutions pour les outils restants, mais surtout et avant tout de péréniser l'ancrage liégeois, l'emploi liégeois,et de repartir avec chaque appartement non pas à la vente comme le souhaitait encore au mois d'août le trio Di rupo ,Magnette ,et l'autre ami de Charleroi et futur Président d'Ecolo au cours de négociations pour un programme de gouvernement (Tiens Mde Delvaux qui était les négociateurs liégeois depuis juin).et le MR s'est vu dans l'obligation d'avaliser l'incursion une nouvelle fois des acteurs politiques non actionnaires de l'intercommunale. Surprise, une info vient perturber ce projet de vente par appartement à la RW ou à des opérateurs publiques dans le giron de l'Empereur de Mons. Moreau,une équipe soudée, des sociétés de conseils et le management négocient comme des entrepreneurs. Alors "Le journal Le Soir un vendredi en soirée, laisse fuiter une information confidentielle avec pour conséquence que Brutelé avait négocié son rachat par VOO et que cela aurait rapporté aux communes Bruxelloises, mais surtout aux Liégeoises qui recevaient de son futur acheteur (Providence) un cadeau grâce à la situation stratégique de Brutelé. Qui donne son accord pour cette fuite catastrophique et pourquoi? Le Soir sort l'artillerie anti-Liégeoise pendant une semaine, mais il n'attaque pas les actionnaires, ni les partis politiques que L'Empereur a déjà traités de minus en accordant deux Ministères de deuxième zone au traite Liégeois Frédéric Daerden et à une jeune femme élue et espérons combative pour représenter Liége en Wallonie.(Courage avec un Empereur sur le déclin,et qui va une nouvelle fois favoriser son Hainaut et je l'en félicite à l'avance).Bravo à toi Di Rupo,les éventuels emmerdeurs Liégeois sont empêtrés à Bruxelles. Bref,Moreau ,et les hommes d'affaires ont joué avec tes pieds? Ils vont pas vendre à la RW,et ils vont continuer à développer l'outil Liégeois. Ok,pris par surprise par nos AMIS Bruxellois, on commence a critiquer le contenu des ventes. Mais à ce moment, dans une politique fictive, un ELIO Liégeois aurait rencontré le CA de Nethys et les hommes et femmes politiques Liégeois et aurait demandé des explications,des marches arrières,des excuses.... Mais au lieu de cela, il casse l'outil Liégeois, les emplois, les rentrées financières, la gestion. Et puis avec son nouveau copain Pierre -Yves, le nouveau Ministre des Pouvoirs Locaux,(mais que devient l'ancienne ministre qui nous faisait peur?), Et alors et alors.. Zoro est arrivé avec son grand lasso. un dimanche et nous ont dit: ok,vous êtes les Liégeois, les actionnaires, ceux qui ont remboursé l'achat du câble,mais,mais C'est moi l'Empereur de Mons qui vous (non je ne peux pas l'écrire..)... Allez les Rouges,..

  • Posté par Guillaume bogaerts, lundi 14 octobre 2019, 19:59

    Crache les noms ainsi le citoyen aura le droit de savoir le comportement de ces hypocrites qui nous dirigent car effectivement des opérations de cette ampleur sans couverture politique de haut lieu n’est possible

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs