Accueil Monde France

Notre-Dame: la somme de dons pourrait atteindre quelque 800 millions d’euros

A six mois, les grands dons du mécénat d’entreprise se concrétisent: on pourrait atteindre quelque 800 millions d’euros.

Temps de lecture: 3 min

Après l’annonce trop optimiste d’un milliard d’euros, on a craint en juin que seule une partie des promesses pour reconstruire Notre-Dame serait effective. A six mois, les grands dons du mécénat d’entreprise se concrétisent: on pourrait atteindre quelque 800 millions d’euros.

Un certain nombre de donateurs finalisent leurs conventions et d’autres attendent la mise en place en novembre de l’établissement public.

Père Gilbert sur les dons promis pour Notre-Dame: «Faut-il que les SDF s’enflamment pour qu’on les aide?»

Du côté des collecteurs

Les trois fondations — Fondation Notre-Dame, Fondation du patrimoine, Fondation de France — et le Centre des monuments nationaux (CMN), qui ont été chargés de recueillir les fonds dans le cadre de la souscription nationale, ont récolté 616,6 millions d’euros ou de promesses de dons, souvent concrétisées dans le cadre de conventions ou en voie de l’être.

La Fondation Notre-Dame, dont le président est l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, peut se targuer d’avoir reçu 380 millions d’euros de 46.600 particuliers, 168 entreprises et 29 collectivités publiques françaises et étrangères.

La Fondation du Patrimoine est à environ 222 M d’euros de collecte, provenant de 230.000 donateurs de 152 pays.

La Fondation de France a recueilli beaucoup moins d’argent, 9 millions, dont 7 proviennent d’entreprises.

Le CMN a encaissé 5,6 millions au profit de la reconstruction de la cathédrale.

Du côté des grands donateurs

Outre LVMH (Bernard Arnault) et Kering (Famille Pinault) qui ont déjà signé des conventions portant sur 200 et 100 millions d’euros, la concrétisation de nombreux dons promis par le secteur privé devrait se faire d’ici la fin de l’année.

Total, qui s’était engagé à verser 100 millions d’euros via la Fondation du Patrimoine, a indiqué à l’AFP que sa convention «est quasiment finalisée et devrait être signée courant octobre».

Le groupe l’Oréal affirme que les engagements «pris en soutien à Notre-Dame sont fermes et confirmés». La famille Bettencourt Meyers, au travers sa holding familiale Tethys et la Fondation Bettencourt Schueller confirme son engagement de 150 millions d’euros, qui viendra en complément de 50 millions d’euros à laquelle l’Oréal a décidé de contribuer.

JCDecaux a assuré qu’il concrétiserait sa promesse de 20 millions d’euros.

BNP Paribas, qui s’était engagé à hauteur de 20 millions, précise que «cette contribution sera versée dès la création de l’établissement», en novembre.

La promesse des frères Martin et Olivier Bouygues de verser 10 millions d’euros via leur holding familiale SCDM, est également en cours de concrétisation avec la Fondation Notre Dame.

Pour son don de 10 millions, le groupe BPCE est «en phase de finalisation de la convention avec la Fondation du Patrimoine».

Les 5 millions promis par Crédit Agricole seront versés «d’ici la fin de l’année par la fondation Crédit Agricole Pays de France».

Le mécène Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, n’a pas encore pris de décision sur les modalités de versement de 10 millions d’euros.

Le groupe d’assurances Axa s’est engagé à verser 10 millions d’euros répartis pour moitié entre la Fondation du patrimoine et la Fondation Notre-Dame.

La Région Ile-de-France signera une convention fin octobre portant sur 10 millions d’euros.

La milliardaire brésilienne Lily Safra, avec sa Fondation Edmond J. Safra, avait fait un don de 10 millions d’euros dès le lendemain matin de l’incendie à la Fondation du patrimoine.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par stals jean, lundi 14 octobre 2019, 12:49

    Ces dons pour la reconstruction de cet édifice religieux est la preuve que pour ce que l'on veut, l'argent dégouline des murs...Le vatican multimilliardaire et bien au delà, il donne combien?. Des milliards d'êtres humains "crèvent" au sens littéral du terme et en permanence, de faim, de maladie, "crèvent" pour cause de guerres, quelles soient politico-militaires et plus encore économiques. L’imbécillité humaine étant infinie, la race humaine ne serait-elle pas en définitive la pire des calamités apparues sur la planète Terre? Si, et bien entendu... Et ce n'est pas les millions de sortes et de races de bestioles qui peuplent notre merveilleuse planète, requins, méduses, araignée veuve noire, serpent à sonnette et autres poulets élevés en batterie comme à Auschwitz, y compris, qui pourraient dire le contraire...

  • Posté par Rahier Pierre, lundi 14 octobre 2019, 17:02

    Je pense exactement la même chose que vous...

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs