Brexit: un accord est possible cette semaine, selon l’Irlande

Brexit: un accord est possible cette semaine, selon l’Irlande
DPA

Un accord pour un divorce à l’amiable avec le Royaume-Uni est possible dès cette semaine, a estimé lundi le vice-Premier ministre irlandais après un week-end de discussions intenses entre les Britanniques et l’UE.

« Un accord est possible et c’est possible ce mois-ci. C’est peut-être même possible cette semaine, mais nous n’y sommes pas encore », a déclaré Simon Coveney.

« Comme l’a dit hier Michel Barnier, négociateur de l’UE, il y a encore beaucoup de travail à faire et j’espère que nous pourrons progresser encore aujourd’hui », a-t-il ajouté.

« Sur le Brexit, moins on en dit maintenant, mieux c’est », a estimé M. Coveney. « Je pense que ce que nous essayons de faire est assez clair, mais il y a maintenant des discussions techniques assez détaillées et je pense que nous devons donner le temps et l’espace nécessaires à cela », a-t-il insisté.

Une réelle avancée ?

Deux de ses homologues de l’UE ont partagé cet espoir à leur arrivée à Luxembourg pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Le chef de la diplomatie du Luxembourg Jean Asselborn pense également qu’un accord est possible après l’évolution constatée sur la position britannique et le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell a déclaré « espérer » un tel accord.

Michel Barnier a informé les ambassadeurs de l’UE à la fin de la journée de dimanche après un week-end d’entretiens entre fonctionnaires qualifiés d’« intenses » et de « constructifs ».

Mais aucune avancée décisive n’a été réalisée à ce jour. « Les solutions esquissées ne sont pas encore formalisées dans un texte qui les rend juridiquement solides et opérationnelles. Tant qu’il n’y aura pas de texte, il n’y aura pas d’accord », a averti lundi le représentant d’un Etat membre.

« Les discussions continuent lundi, mais les délais sont très serrés pour le sommet de jeudi », a-t-il souligné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite