L’Union belge va parler avec Roberto Martinez au sujet d’une prolongation de contrat: «Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est le fruit de son travail»

L’Union belge va parler avec Roberto Martinez au sujet d’une prolongation de contrat: «Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est le fruit de son travail»

Si Roberto Martinez ne fait toujours pas l’unanimité auprès de tous les supporters malgré des résultats impressionnants au niveau comptable, l’entraîneur espagnol bénéficie du soutien de la totalité des membres de l’Union belge. Et ceux-ci n’ont qu’une envie : prolonger le contrat qui lie notre pays à l’ancien manager d’Everton.

Car, si rien ne change, contractuellement parlant, Roberto Martinez ne sera plus l’entraîneur des Diables rouges après l’Euro 2020. Mais cela devrait évoluer dans les prochains mois, comme l’a expliqué Peter Bossaert, le CEO de l’Union belge, à nos confrères de VTM Nieuws : « Nous sommes très heureux de lui. Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est le fruit de son travail, dans lequel il a bien imprimé sa patte ».

« Roberto Martinez travaille à court terme, dans la préparation des stages, des matches, mais aussi à long terme. C’est moins visible pour le monde extérieur, mais il est tous les jours dans les bureaux à Tubize en train de travailler au développement de l’équipe nationale, à la création d’une structure professionnelle qui doit nous aider à rester au sommet », précise Peter Bossaert.

Sauf que ce que tout le monde réclame, c’est un trophée. Et pour l’instant, Roberto Martinez n’a pas encore réussi à atteindre cet objectif. L’envie de gagner est-elle encore plus grande après la 3e place à la Coupe du Monde 2018 au sein de l’instance suprême du football belge ? « Bien sûr que l’envie est encore plus grande, avec ce groupe, nous pouvons avoir cet objectif ».

Mais l’Euro 2020 ne sera pas déterminant, car Roberto Martinez sera fixé sur son sort avant la compétition : « Nous restons ensemble jusque-là, et nous allons parler. Comme je l’ai dit, nous sommes très contents, et je pense que c’est réciproque. Nous nous verrons en tant voulu », a conclu Peter Bossaert.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • L’ailier n’avait plus marqué en championnat depuis la première journée.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    À Courtrai, Fabrice Olinga a joué au lion indomptable

  • Lors du dernier déplacement à Sclessin, les Anderlechtois avaient connu l’enfer avec un match arrêté après une demi-heure suite à la bêtise des supporters bruxellois.

    Par Guillaume Raedts et Philippe Gerday

    Anderlecht

    Sclessin, un enfer qui l’est encore plus pour Anderlecht

  • Le Japonais sourti, Charleroi aussi.

    Par Benjamin Helson (avec Cé. M.)

    Charleroi

    SC Charleroi: Ryota Morioka, tête pensante du jeu carolo

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite