Elizabeth II au nom du gouvernement britannique: «Un Brexit le 31 octobre est la priorité»

Elizabeth II au nom du gouvernement britannique: «Un Brexit le 31 octobre est la priorité»
PhotoNews

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a assuré lundi qu’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre constituait la « priorité » de son gouvernement, par la voix de la reine Elizabeth II, au moment où les négociations pour parvenir à un accord sont dans leur dernière ligne droite.

« La priorité de mon gouvernement a toujours été d’assurer une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre. Mon gouvernement prévoit de travailler à la mise en place d’un nouveau partenariat avec l’Union européenne sur la base du libre-échange et d’une coopération amicale », a déclaré la reine de 93 ans, s’exprimant pour le Premier ministre comme il est de tradition à l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire.

Concernant les quelque 3,4 millions d’Européens vivant au Royaume-Uni, le gouvernement s’est engagé à ce qu’« ils aient le droit de rester », a déclaré Elizabeth II. Il souhaite en revanche mettre fin à la libre circulation des citoyens de l’UE après le Brexit, avec un système d’immigration à points dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2021.

Le programme du gouvernement, qui prévoit également de nouveaux régimes en matière de pêche, d’agriculture et de commerce après la sortie de l’UE, sera débattu ces prochains jours avant un vote programmé pour la semaine prochaine. Il reste cependant très hypothétique, des élections semblant inéluctables pour sortir de la crise politique dans laquelle le Brexit a plongé le pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200122-3YF0AL 2020-01-22 14:50:37

    Vanessa Springora au «Soir»: «Ce livre a déclenché une onde de choc fantastique»

  2. PHOTONEWS_10849088-007

    L’installation de Harry et Meghan au Canada ne s’effectue pas sans difficultés

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite