De Nice à Paris, le Tour de France 2020 sera montagneux

photo news
photo news

Après Bruxelles cet été et l’immense hommage à Eddy Merckx, le départ se fera cette fois de Nice et l’arrivée se jugera, c’est la tradition, à Paris sur les Champs Elysées.

Ce qu’il y a entre les deux, Egan Bernal, le jeune Colombien vainqueur cette année, et Chris Froome, le Britannique quatre fois vainqueur, le découvriront mardi.

Deux des 21 étapes sont connues, les deux premières, puisque la prochaine Grande Boucle commence donc près de la baie des Anges à Nice et visite tout de suite l’arrière-pays de la ville méditerranéenne. Le ton est donné pour une course que son directeur Christian Prudhomme veut surtout animer et si possible haletante, pleine de rebondissements.

« On a tenu compte des leçons de 2019 et des parcours un peu punchy », affirme Thierry Gouvenou, le « traceur » des derniers Tours. Pour favoriser un coureur ? « Non », coupe le directeur de course, « pour l’intérêt de la course. Les grandes lignes ont été décidées avant le dernier Tour », rappelle Thierry Gouvenou. « Fin juin, on en était au niveau des villes à 90 pour cent. Mais on ne savait pas si on aurait 25 ou 30 cols ».

Le final dans les Alpes

Les villes ? quelques noms (Sisteron, Privas, Millau) ont été évoqués dans les médias régionaux, pour dessiner une sorte d’arc méditerranéen dans les contreforts de l’arrière-pays avec une arrivée inédite au mont Aigoual, l’observatoire météo qui surplombe le département du Gard dans le Sud de la France, et à l’entrée du massif des Cévennes. Les Pyrénées doivent être abordées dans la foulée avant la première halte du côté de La Rochelle tout près de l’île de Ré, sur la côte atlantique.

À l’exemple du Massif Central (sans doute au Puy Mary), au décor naturel préservé, aux routes accidentées et piégeuses favorables à une course nerveuse, la moyenne montagne reprend toute sa place sur les tracés contemporains. Ainsi que le Jura et les Vosges, à l’Est, deux autres massifs que les organisateurs ont voulu exploiter au mieux ces dernières années, par les ascensions symboles du Grand Colombier et de La Planche des Belles Filles.

Mais c’est dans les Alpes, théâtre attendu de la troisième semaine, que les plus grandes ascensions sont traditionnellement programmées. Grenoble, près de Lyon, pourrait ainsi revenir sur la carte du Tour après une parenthèse de plusieurs années. L’hypothèse d’une nouveauté spectaculaire a été avancée également. Le Tour 2020 est annoncé une nouvelle fois très montagneux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite