Découverte d’une deuxième comète interstellaire dans notre système solaire

Découverte d’une deuxième comète interstellaire dans notre système solaire
Nasa

Et de deux ! Une comète venue d’ailleurs a été repérée au sein de notre système solaire, selon une étude publiée lundi dans Nature Astronomy. C’est la deuxième du genre après la découverte en 2017 d’Oumuamua, un étrange objet en forme de cigare.

Tout a commencé le 30 août, quand Gennady Borisov, un astronome amateur, repère un bolide dans le ciel. Alertés, des astronomes se penchent sur l’objet inconnu.

Ils sont alors formels : l’analyse des données recueillies montre que son orbite ne peut pas avoir son origine à l’intérieur de notre système solaire. Il vient d’un autre système stellaire. Mais lequel ? Cela reste un mystère.

Composée de poussière

« Nous avons rapidement organisé des observations avec le William Herschel Telescope (WHT) et l’observatoire Gemini », raconte à l’AFP Piotr Guzik, de l’université de Jagiellonian à Cracovie en Pologne. Coauteur de l’étude, il se souvient d’un mélange de d’excitation et stupéfaction.

Alors qu’Oumuamua avait tour à tour été qualifié d’astéroïde, de sonde extra-terrestre et de comète, la nature de la petite dernière laisse peu de doutes : les astronomes ont pu voir sa coma (« chevelure ») et sa queue, caractéristiques des comètes connues.

Concernant la nouvelle comète nommée 2I/Borisov, en hommage à son découvreur, l’équipe a pu déterminer qu’elle est essentiellement composée de poussière, qu’elle a une couleur légèrement rougeâtre et que son noyau solide fait environ 1 km de rayon.

Elle devrait également être observée en décembre quand elle sera encore plus proche du Soleil.

Sur le même sujet
AstronomiePologne
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite