Accueil Opinions

Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La romancière avait co-rédigé une tribune contre la répression sexuelle au Maroc après l’incarcération de la journaliste Hajar Raissouni. La littérature est forcément un engagement, dit-elle.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 7 min

Alors que son prochain roman paraîtra en mars, la romancière franco-marocaine avait co-rédigé une tribune contre la répression sexuelle au Maroc après l’incarcération de la journaliste Hajar Raissouni. Condamnée à un an de prison ferme pour avortement et relations sexuelles illégales, celle-ci vient d’être graciée par le roi Mohammed VI.

Comment avez-vous réagi à la libération de la journaliste Hajar Raissouni, graciée par le roi du Maroc Mohammed VI cette semaine ?

C'est un sentiment de joie et d'intense soulagement. Pour elle, mais aussi pour son compagnon et son médecin, qui avaient eux aussi été condamnés. Mais cela ne change rien à notre mobilisation. Le succès de celle-ci montre que la société marocaine veut évoluer.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 20 octobre 2019, 14:26

    je suis d'accord avec madame Slimane, quand elle dit qu'en art, tout doit être permis, sinon il y a récupération par des groupuscules qui en font leur lit. si les artistes peuvent dire tout haut, ce que les extrémistes se disent entre-eux, le reste de la population est moins facilement manipulable à mon avis.

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 20 octobre 2019, 14:29

    madame Slimani

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs