Julian Alaphilippe «emballé» par le parcours du Tour de France 2020: «Ça ne peut qu’offrir un beau spectacle»

©Reuters
©Reuters

Julian Alaphilippe, qui a porté le maillot jaune pendant deux semaines l’été dernier, s’est déclaré « emballé » par le parcours du Tour de France 2020 présenté mardi à Paris.

« Ce Tour s’annonce imprévisible », a déclaré Alaphilippe, vainqueur de deux étapes en 2019. « Difficile d’établir un scénario. Déjà, en temps normal, il y a des rebondissements. Alors là… avec un parcours pareil, ça ne peut qu’offrir un beau spectacle ».

« Le parcours est surprenant avec des ascensions inédites et un départ très difficile. J’ai hâte d’y être », a ajouté le Français de l’équipe belge Deceuninck – Quick-Step, sans pour autant vouloir confirmer qu’il viserait la victoire.

Sur ses ambitions par rapport au classement général, il a expliqué : « Cela pourra certainement changer mais ce n’est pas l’idée première quand je vais remettre en route pour la saison prochaine. Quand je disais (en 2019) que je n’étais pas venu pour faire le général, c’est la réalité. Je me suis retrouvé en position de leader et tout le monde s’est mis à rêver au fil des jours. Moi aussi je roulais en y pensant forcément. Mais je savais que ce serait très dur avec les trois dernières journées dans les Alpes. J’ai toujours été réaliste. L’an prochain, ce sera certainement un Tour différent, un scénario différent. »

Alaphilippe a été ovationné à son entrée sur la scène du Palais des Congrès après son épopée de juillet dernier et a fait part de son émotion : « La reconnaissance du public m’a toujours touché, je vois que ça a marqué les gens, je les remercie encore. En voyant les images, j’avais le frisson. Je serai peut-être attendu l’an prochain mais je ne me mets pas la pression pour ça. Je me fixerai les objectifs (plus tard). Arriver sur le Tour de France pour le gagner, je ne l’ai pas encore en tête. »

Interrogé sur le tracé de la prochaine édition, le puncheur a reconnu : « Sur le papier, il y a des étapes qui me correspondent très très bien, je ne vais pas le cacher. Mais je vais prendre le temps de penser à tout ça, d’aller faire des reconnaissances, c’est encore très loin. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite