Chris Froome sur le tracé du Tour de France 2020: «L’un des parcours les plus durs que j’ai connus» (vidéos)

©AFP
©AFP

Chris Froome, grand absent du Tour de France 2019 après une lourde chute à l’entraînement en juin, se bat contre le temps pour retrouver son physique et son niveau sportif. Victime de nombreuses fractures, il ne parle pas encore de retour à la compétition, mais se démène pour être au départ du Tour le 27 juin à Nice. La Grande Boucle 2020 sera de toute beauté, selon le quadruple vainqueur du Tour de France (2013, 2015, 2016, 2017).

Le coureur d’Ineos se remet progressivement de multiples fractures, au niveau du fémur, d’une vertèbre cervicale, du coude, de la hanche droite après une lourde chute à l’entraînement à la mi-juin, dans la reconnaissance de la 4e étape du Critérium du Dauphiné.

Le Britannique, toujours boitant, était présent mardi à Paris pour la présentation du Tour de France 2020. « J’évolue bien mais j’ai encore beaucoup de travail à faire pour revenir au niveau », a indiqué Froome (34).

« Je ne peux donc encore rien dire sur mon retour à la compétition. On doit encore m’enlever une plaque dans la hanche après quoi j’y verrai plus clair. Je suis en fait déjà très content d’être sur mes deux jambes. Mais je suis très confiant et j’ai envie de retrouver mon plus haut niveau et d’être au Tour de France l’an prochain. »

Commentant le parcours de la 107e édition la Grande Boucle, le Britannique a souligné le caractère très dur du Tour de France 2020. « C’est un des parcours les plus durs que j’ai connus. Il y aura beaucoup d’occasions de s’exprimer et de faire la course pour les coureurs qui viseront le classement général. En ce qui concerne notre équipe Ineos, il est encore trop tôt pour dire qui va courir quoi en 2020 ».

La victoire du Tour de France 2019 est revenue au jeune coéquipier colombien de Froome, Egan Bernal (22), le plus jeune vainqueur de la Grande Boucle de l’après-guerre. « Je pense que le seul contre-la-montre à la Planche des Belles Filles, la veille de l’arrivée à Paris, pèsera dans la décision finale. On n’a plus vu cela depuis des dizaines d’années au Tour. Ce sera en tout cas une étape très intéressante et excitante, un long CLM de 38 kilomètres. Quant aux étapes de montagnes, je pense que le Col de la Loze à Méribel, qui sera le toit du Tour, sera l’étape-reine de ce Tour 2020. J’imagine que tout le monde veut voir une bataille entre les grands favoris et ce Tour 2020 offre beaucoup d’opportunité dans ce sens… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite