Egan Bernal pas encore certain de participer au Tour de France 2020, même s’il a «envie de porter le dossard numéro 1»

©Reuters
©Reuters

Le jeune vainqueur colombien du Tour de France 2020, Egan Bernal (22), n’est pas encore certain de disputer le Tour de France 2020. Il a aussi beaucoup de respect pour la Vuelta et le Giro. Il se verrait toutefois bien au Grand Départ à Nice avec le dossard 1 du vainqueur sortant de la Grande Boucle.

« Le parcours du Tour de France 2020 est splendide et il sera très dur, avec la montagne dès les premières étapes », a indiqué Egan Bernal. « Mais il faut encore voir si je serai au Tour de France ou à la Vuelta ou au Giro, des épreuves pour lesquelles j’ai aussi énormément de respect. Nous allons voir les itinéraires, ce que l’équipe pense, ce que Dave (Brailsford, directeur) pense, les autres coureurs… Ce n’est pas juste ma décision. J’ai l’esprit ouvert. Il y a beaucoup de possibilités : le Giro, le doublé Giro-Tour, Giro-Vuelta… », a détaillé Bernal.

Présent mardi à Paris pour la présentation du la 107e édition du Tour de France, Egan Bernal a apprécié la rétrospective de sa victoire finale en juillet dernier. « J’ai revécu mon Tour 2019 avec le film qui a été proposé lors de la présentation par les organisateurs. Ce fut un très bon moment pour moi, une chance de me revoir, je suis très émotif, j’ai presque pleuré. Je voudrais évidemment revenir sur le Tour de France avec le dossard numéro 1. Mais, encore une fois, nous devons pour l’heure rester calmes et bien analyser ce qui se présente à nous en 2020. Il n’y a pas que moi dans l’équipe Ineos, il y a aussi mes collègues. L’équipe prendra la meilleure décision pour tous ».

L’équipe de Bernal qui a gagné six des sept dernières éditions du Tour, compte plusieurs autres têtes d’affiche. Principalement les Britanniques Chris Froome, quadruple lauréat du Tour qui relève d’une grave blessure, et Geraint Thomas, vainqueur en 2018 et deuxième en 2019, ainsi que l’Équatorien Richard Carapaz, qui s’est adjugé le Giro 2019 et a été recruté par Ineos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite