La grande distribution a triplé ses dons alimentaires en trois ans

Les associations d’aide aux démunis bénéficient d’une meilleure logistique facilitant leur travail de récoltes des dons d’aliments. © Jonathan De Cesare.
Les associations d’aide aux démunis bénéficient d’une meilleure logistique facilitant leur travail de récoltes des dons d’aliments. © Jonathan De Cesare.

Ces derniers mois, le commerce organisé a multiplié les messages préoccupants et pessimistes sur ses difficultés économiques. Mais aujourd’hui, c’est une annonce vraiment positive que délivre Comeos, à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, organisée sous l’égide des Nations unies. La fédération du secteur a effectué un rapport sur la prévention et la valorisation des invendus alimentaires dans le commerce belge. De ce travail portant sur les cinq détaillants qui représentent ensemble près de 85 % des parts de marché, il ressort que les dons alimentaires des supermarchés ont triplé en trois ans.

Le volume annuel de ces denrées données aux plus démunis, au lieu d’être jeté, est en effet passé de 3.852 tonnes (emballages compris) en 2015 à 11.770 tonnes en 2018. L’an dernier, les grandes enseignes ont ainsi fait don de l’équivalent de 21 millions de repas, soit 57.500 repas journaliers. Sur un an, précise Comeos, cela représente un don d’une valeur marchande de 45 millions d’euros, représentant 14,4 % des invendus alimentaires, offerts aux banques alimentaires, à la Bourse aux dons et aux organisations à vocation plus locale.

► Colruyt, premier de la classe: tous les détails sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite