Plusieurs sites officiels des autorités belges violent les règles sur la vie privée, dévoile une enquête

Plusieurs sites officiels des autorités belges violent les règles sur la vie privée, dévoile une enquête
Pexels

Plusieurs sites internet des Affaires intérieures, de la Région wallonne et de certaines villes et communes ne respectent pas les règles sur la protection de la vie privée. C’est le cas plus généralement de centaines de sites belges dotés du bouton « j’aime » de Facebook, ressort-il mardi d’une enquête du magazine Knack en collaboration avec la KU Leuven.

Les sites internet doivent informer leurs visiteurs des conséquences de l’usage du bouton « j’aime » de Facebook. Ainsi, ils doivent préciser explicitement que le réseau social peut lire des cookies qu’il place sur les ordinateurs. Ceux qui ne le font pas risquent des amendes, prévient David Stevens, le nouveau président de l’Autorité de protection des données (ex-Commission vie privée).

À la demande de Knack, le groupe de recherche sur la sécurité informatique et la cryptographie industrielle (COSIC) de la KU Leuven a compté durant le mois de septembre le nombre de sites internet belges qui proposent le bouton « j’aime » de Facebook : 682. Knack a ensuite regardé en détail la politique de confidentialité et de gestion des cookies de 200 d’entre eux. Il en est ressorti que 4 sur 5 ne signalent pas du tout qu’ils envoient des données à Facebook, ce qui est illégal.

Ce qui est particulièrement interpellant, c’est que même des sites officiels des autorités belges violent les règles. C’est le cas de 112.be, un site des Affaires intérieures, ou trafiroutes.wallonie.be, un site de la Région wallonne. Les sites des communes de Mons en Wallonie ou Berlare en Flandre, celui du musée gallo-romain de Tongres ou encore code-de-la-route.be de l’Institut Vias contreviennent également aux règles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite