Hong Kong: Pékin exprime son «indignation» après un vote du Congrès américain

Hong Kong: Pékin exprime son «indignation» après un vote du Congrès américain
DR

La Chambre des représentants américains a adopté mardi une « Loi sur les droits de l’Homme et la démocratie à Hong Kong » qui menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l’ancienne colonie britannique.

Le texte, qui doit encore être discuté au Sénat, a aussitôt suscité la colère de la Chine, qui a exprimé son « extrême indignation » et a appelé Washington à « cesser immédiatement de se mêler des affaires de Hong Kong et des affaires intérieures de la Chine ».

Le projet de loi adopté par la Chambre des représentants conditionnerait le maintien du statut spécial accordé par Washington à la validation annuelle par le département d’Etat d’une situation jugée convenable en matière de respect des droits civils de la part des autorités hongkongaises. Il prévoit également des sanctions pour tout responsable qui abolirait « des libertés fondamentales » dans ce territoire semi-autonome.

L’ex-colonie britannique traverse depuis quatre mois sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des actions parfois violentes pour dénoncer un recul des libertés, exiger des réformes démocratiques et dénoncer une riposte policière jugée brutale par les contestataires.

« Un message fort »

« Aujourd’hui nous appelons le président chinois (Xi Jinping) et la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, à honorer les promesses du gouvernement » selon lesquelles les droits et l’autonomie de Hong Kong seront protégés, a déclaré à la Chambre le représentant républicain Chris Smith, premier promoteur du projet de loi. « La Chambre vient d’envoyer un message fort au peuple de Hong Kong : nous sommes avec vous dans la lutte pour la démocratie et la justice », a dit un représentant démocrate, Ben Ray Lujan.

Et le représentant républicain Mario Diaz-Balart a souligné que le texte fait en sorte « que la relation spéciale avec Hong Kong perdure seulement tant que Hong Kong conserve son autonomie et ses libertés qui justifient cette relation spéciale ».

La réaction de la Chine, qui fait face depuis quatre mois à un défi sans précédent de la part des manifestants hong-kongais, ne s’est pas fait attendre. « Nous appelons les Etats-Unis (…) à cesser immédiatement de se mêler des affaires de Hong Kong et des affaires intérieures de la Chine », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

« Mesures énergiques »

Il a averti que le vote des représentants américains aurait pour conséquences « des mesures énergiques » de la part de la Chine, sans préciser lesquelles. « Les Etats-Unis ont d’importants intérêts à Hong Kong. Si le projet de loi est adopté définitivement, cela causera non seulement du tort aux intérêts chinois et aux relations sino-américaines, mais aussi un tort important aux intérêts américains », a prévenu le porte-parole.

Une résolution adoptée séparément mardi par la Chambre des représentants appelle l’exécutif de Hong Kong à commencer des négociations pour répondre aux revendications des manifestants, parmi lesquelles figurent le suffrage universel et une enquête indépendante sur le comportement de la police pendant les manifestations.

« La question qui se pose actuellement à Hong Kong n’est pas du tout celle des soi-disant droits de l’Homme et de la démocratie, mais celle de mettre fin à la violence, de rétablir l’ordre et l’Etat de droit aussi vite que possible », a déclaré le porte-parole chinois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10839195-004

    Soudain, la fin du monde à Venise

  2. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  3. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite