Hong Kong: Pékin exprime son «indignation» après un vote du Congrès américain

Hong Kong: Pékin exprime son «indignation» après un vote du Congrès américain
DR

La Chambre des représentants américains a adopté mardi une « Loi sur les droits de l’Homme et la démocratie à Hong Kong » qui menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l’ancienne colonie britannique.

Le texte, qui doit encore être discuté au Sénat, a aussitôt suscité la colère de la Chine, qui a exprimé son « extrême indignation » et a appelé Washington à « cesser immédiatement de se mêler des affaires de Hong Kong et des affaires intérieures de la Chine ».

Le projet de loi adopté par la Chambre des représentants conditionnerait le maintien du statut spécial accordé par Washington à la validation annuelle par le département d’Etat d’une situation jugée convenable en matière de respect des droits civils de la part des autorités hongkongaises. Il prévoit également des sanctions pour tout responsable qui abolirait « des libertés fondamentales » dans ce territoire semi-autonome.

L’ex-colonie britannique traverse depuis quatre mois sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des actions parfois violentes pour dénoncer un recul des libertés, exiger des réformes démocratiques et dénoncer une riposte policière jugée brutale par les contestataires.

« Un message fort »

« Aujourd’hui nous appelons le président chinois (Xi Jinping) et la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, à honorer les promesses du gouvernement » selon lesquelles les droits et l’autonomie de Hong Kong seront protégés, a déclaré à la Chambre le représentant républicain Chris Smith, premier promoteur du projet de loi. « La Chambre vient d’envoyer un message fort au peuple de Hong Kong : nous sommes avec vous dans la lutte pour la démocratie et la justice », a dit un représentant démocrate, Ben Ray Lujan.

Et le représentant républicain Mario Diaz-Balart a souligné que le texte fait en sorte « que la relation spéciale avec Hong Kong perdure seulement tant que Hong Kong conserve son autonomie et ses libertés qui justifient cette relation spéciale ».

La réaction de la Chine, qui fait face depuis quatre mois à un défi sans précédent de la part des manifestants hong-kongais, ne s’est pas fait attendre. « Nous appelons les Etats-Unis (…) à cesser immédiatement de se mêler des affaires de Hong Kong et des affaires intérieures de la Chine », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

« Mesures énergiques »

Il a averti que le vote des représentants américains aurait pour conséquences « des mesures énergiques » de la part de la Chine, sans préciser lesquelles. « Les Etats-Unis ont d’importants intérêts à Hong Kong. Si le projet de loi est adopté définitivement, cela causera non seulement du tort aux intérêts chinois et aux relations sino-américaines, mais aussi un tort important aux intérêts américains », a prévenu le porte-parole.

Une résolution adoptée séparément mardi par la Chambre des représentants appelle l’exécutif de Hong Kong à commencer des négociations pour répondre aux revendications des manifestants, parmi lesquelles figurent le suffrage universel et une enquête indépendante sur le comportement de la police pendant les manifestations.

« La question qui se pose actuellement à Hong Kong n’est pas du tout celle des soi-disant droits de l’Homme et de la démocratie, mais celle de mettre fin à la violence, de rétablir l’ordre et l’Etat de droit aussi vite que possible », a déclaré le porte-parole chinois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite