Hong Kong: Carrie Lam contrainte de renoncer à un discours

Hong Kong: Carrie Lam contrainte de renoncer à un discours
Reuters

La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a été contrainte mercredi d’arrêter de prononcer son très attendu discours de politique générale après avoir été chahutée par des parlementaires, au milieu de scènes chaotiques au Parlement local. Le discours de politique générale de Mme Lam était présenté comme une tentative pour reconquérir la confiance de la population après plus de quatre mois d’une crise politique sans précédent.

Des parlementaires pro-démocratie l’ont huée, obligeant la dirigeante à battre en retraite et à quitter le Conseil législatif (« LegCo », Parlement local).

Cette allocution de rentrée parlementaire était particulièrement importante après un été de manifestations et d’actions quasi-quotidiennes pour demander des réformes démocratiques, sur fond de dénonciation de l’ingérence grandissante des autorités centrales chinoises. Mais ce nouvel épisode a une fois de plus souligné le profond clivage de la société hongkongaise.

A deux reprises, Mme Lam a commencé à prononcer son discours sous les huées de parlementaires démocrates, minoritaires au sein du Conseil législatif dominé par les élus pro-Pékin. Certains ont brandi des pancartes sur laquelle apparaissait la dirigeante hongkongaise avec les mains en sang.

Une vidéo pré-enregistrée a été diffusée

Un député a projeté des slogans du mouvement de protestation avec un projecteur de poche sur le mur situé derrière la cheffe de l’exécutif. Il a ensuite recouvert son visage d’un masque du président chinois Xi Jinping. Après avoir échoué une seconde fois à prononcer son allocution, la dirigeante, dont le niveau de popularité est historiquement bas, a quitté le bâtiment en compagnie de sa garde rapprochée.

Très vite, une vidéo pré-enregistrée de son allocution a été diffusée. C’est la première fois qu’un dirigeant de l’ex-colonie britannique se trouve dans l’impossibilité de prononcer son discours annuel de politique générale, depuis le début de cette pratique qui remonte à 1948.

Dans son allocution pré-enregistrée, Mme Lam annonce différentes aides financières et son intention d’accroître l’offre de logements et de terrains afin de résoudre le problème de la pénurie de logements.

Sur le même sujet
ParlementHong Kong
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite