Pakistan: Kate et William visitent des communautés touchées par le changement climatique

Le Prince William et la Duchesse de Cambridge ont visité le glacier Chiatibo
Le Prince William et la Duchesse de Cambridge ont visité le glacier Chiatibo - Reuters

Le duc et la duchesse de Cambridge se sont rendus, au deuxième jour de leur visite, dans la ville de Chitral pour y rencontrer les communautés locales qui subissent de plein fouet le changement climatique, a précisé la haute commission britannique à Islamabad.

Dans cette ville située près de la frontière avec l’Afghanistan, les craquements fréquents des lacs glaciaires ont forcé des milliers d’habitants à fuir leurs villages ces dernières années. Destination autrefois privilégiée par les touristes étrangers et locaux, cette ville nichée sur les sommets de la chaîne montagneuse Hindou Kouch a été touchée par des inondations soudaines et affectée par l’érosion des terres.

Le couple princier a été chaleureusement accueilli à son arrivée à Chitral, où les habitants lui ont offert une toge traditionnelle, pouvait-on voir sur des images de télévision. La mère de William, la Princesse Diana, avait reçu le même vêtement lors de sa première visite au Pakistan en 1991.

Kate et William voyageront ensuite dans la vallée de Chitral. Ils y rencontreront une ancienne communauté qui descendrait de soldats partis de Grèce avec Alexandre Le Grand.

Les altesses britanniques devaient se rendre dans la ville de Lahore, dans l’est du Pakistan, mais l’itinéraire a été changé en dernière minute pour des raisons de sécurité, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite