Brexit: des criminels pourraient profiter d’un no-deal, selon un comité d’audit britannique

Brexit: des criminels pourraient profiter d’un no-deal, selon un comité d’audit britannique
PQR/L'ALSACE/MAXPPP

Des organisations criminelles pourraient profiter des trous dans les contrôles aux frontières en cas de Brexit dur (no deal), sans accord de retrait avec l’Union européenne, selon un nouveau rapport du Comité national d’audit (National Audit Office – NAO) relayé mercredi par plusieurs médias britanniques. Le document s’attarde sur les risques de fraude et de trafic (d’êtres humains).

« En fait, il est impossible de savoir exactement ce qui se passera à la frontière en cas de no deal », résume le NAO, à deux semaines d’un possible Brexit sans accord.

Le rapport démontre clairement que les services publics et les entreprises ne sont pas suffisamment préparés à un tel scénario. Des progrès ont été réalisés mais ce n’est pas suffisant, y est-il écrit.

D’après l’analyse du NAO, il devrait y avoir entre 150.000 et 250.000 déclarations de douane le premier jour suivant le Brexit. Mais seules 25.000 entreprises se sont déjà enregistrées.

En outre, les accords conclus pour les frontières de l’Irlande du Nord et de l’Irlande pourraient, selon le rapport, ne tenir que très brièvement « en raison des risques économiques, juridiques et sécuritaires majeurs » et du risque d’agitation de la population.

Enfin, certains des plans qu’avait le Royaume-Uni pour le Brexit prévu le 29 mars n’ont tout simplement pas encore été adaptés et le Comité d’audit craint que ceux-ci ne fonctionnent pas comme prévu.

« Ces maillons faibles seront rapidement remarqués et exploités par le crime organisé », conclut le NAO.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus chinois: la course contre la montre

  2. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite