Brexit: des criminels pourraient profiter d’un no-deal, selon un comité d’audit britannique

Brexit: des criminels pourraient profiter d’un no-deal, selon un comité d’audit britannique
PQR/L'ALSACE/MAXPPP

Des organisations criminelles pourraient profiter des trous dans les contrôles aux frontières en cas de Brexit dur (no deal), sans accord de retrait avec l’Union européenne, selon un nouveau rapport du Comité national d’audit (National Audit Office – NAO) relayé mercredi par plusieurs médias britanniques. Le document s’attarde sur les risques de fraude et de trafic (d’êtres humains).

« En fait, il est impossible de savoir exactement ce qui se passera à la frontière en cas de no deal », résume le NAO, à deux semaines d’un possible Brexit sans accord.

Le rapport démontre clairement que les services publics et les entreprises ne sont pas suffisamment préparés à un tel scénario. Des progrès ont été réalisés mais ce n’est pas suffisant, y est-il écrit.

D’après l’analyse du NAO, il devrait y avoir entre 150.000 et 250.000 déclarations de douane le premier jour suivant le Brexit. Mais seules 25.000 entreprises se sont déjà enregistrées.

En outre, les accords conclus pour les frontières de l’Irlande du Nord et de l’Irlande pourraient, selon le rapport, ne tenir que très brièvement « en raison des risques économiques, juridiques et sécuritaires majeurs » et du risque d’agitation de la population.

Enfin, certains des plans qu’avait le Royaume-Uni pour le Brexit prévu le 29 mars n’ont tout simplement pas encore été adaptés et le Comité d’audit craint que ceux-ci ne fonctionnent pas comme prévu.

« Ces maillons faibles seront rapidement remarqués et exploités par le crime organisé », conclut le NAO.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160500921-full

    Commentaires racistes sur les migrants de La Panne: la lutte contre la cyberhaine est-elle un combat désespéré?

  2. d-20191014-3WMQ55 2019-10-23 22:52:21

    Mithra: François Fornieri dans la tourmente

  3. Après le vote de vendredi passé au Sénat, Zakia Khattabi réfléchit à la suite à donner à sa candidature à la Cour Constitutionnelle. © Belga

    Cour Constitutionnelle: Ecolo assis entre deux chaises

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite