Un Wallon sur trois est victime ou proche de la fracture numérique

Dans cet article
Un Wallon sur trois est victime ou proche de la fracture numérique
Belga

En Wallonie, la fracture numérique n’est plus ce qu’elle était. D’ordinaire, ce concept très répandu s’appliquait à distinguer ceux qui n’ont pas accès aux technologies informatiques et principalement à internet et aux réseaux sociaux. A l’échelle de la Belgique, ceux-là représenteraient aujourd’hui moins de 10 % de la population.

Mais au sud du pays, l’Agence régionale du numérique redistribue les cartes en s’appuyant sur un tout nouveau baromètre de maturité numérique des citoyens wallons. Autrement dit : quel est « le niveau d’adaptation des citoyens à la société numérique » ? Plus de 2.000 personnes ont répondu à un questionnaire sur l’équipement des ménages, les pratiques et les difficultés rencontrées dans l’usage quotidien.

Il ressort de cette étude que 20 % des Wallons sont victimes de la fracture numérique, nouvelle version : « La fracture numérique n’a pas disparu », développent les spécialistes de l’Agence du numérique. « Malgré le nombre croissant de personnes connectées ou plutôt “connectables”, l’importance toujours plus grande du numérique dans la société contribue à maintenir et même approfondir une fracture entre ceux qui maîtrisent ces outils et ceux qui ont des difficultés importantes à les mettre en œuvre. »

Désormais donc, c’est moins l’équipement que l’usage qui marque le fossé entre les deux catégories de la population, « branchés » et « non-branchés ». Aux 20 % de Wallons qui végètent dans la seconde catégorie, il convient encore d’ajouter 14 % de citoyens qui sont considérés comme des « usagers faibles » des technologies modernes de l’information et de la communication. Le compte est vite fait : on flirte en Wallonie avec les 33 % de personnes qui évoluent à la marge dans leurs rapports avec le numérique. Soit quand même un million d’habitants !

Qui sont-ils ? Contrairement à une idée largement répandue, les victimes de la fracture numérique ne sont pas forcément les personnes les plus désœuvrées ou les moins éduquées. Bien sûr, 70 % de ceux-là ont plus de 60 ans et 72 % sont des inactifs ou des retraités, ce qui n’est pas étonnant. Par contre, 49 % des « fracturés » ont mené des études secondaires complètes ou même des études supérieures tandis que 62 % affichent un revenu qu’ils estiment suffisant voire confortable.

Le fossé est aussi majoritairement féminin : 61 % des personnes à l’écart du monde numérique sont de sexe féminin, il en va de même pour 59 % des usagers faibles. En outre, lorsqu’elles sont interrogées sur leur sentiment de compétence à l’égard des développements numériques, les femmes ont tendance à considérer qu’elles sont moins à l’aise que les hommes : 51 % s’estiment compétentes contre 61 %. Même constat si l’on étudie l’âge des usagers : à peine 26 % des plus de 70 ans considèrent qu’ils maîtrisent bien ordinateurs et smartphones alors qu’ils sont 72 % dans ce cas entre 15 et 29 ans.

« Bien que de plus en plus de Belges soient en ligne, le pourcentage de la population disposant de compétences numériques de base et avancées n’augmente que lentement », constate l’étude. Les statistiques européennes prennent en compte la Belgique et pas la Wallonie, mais retenons toutefois ceci, qui permet de relativiser le constat général : à l’échelle de l’Union, 57 % de la population européenne dispose des compétences numériques de base alors que ce taux est de 69 % pour la Belgique. « Un chiffre qu’il est tentant de raccrocher aux 58 % de Wallons qui revendiquent des compétences dites médianes », concluent les spécialistes de l’Agence du numérique.

Les compétences numériques

Sur le même sujet
PopulationSociété
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite