Brexit: «Il y a une chance d’obtenir un bon accord, mais nous n’y sommes pas encore», déclare Johnson

Brexit: «Il y a une chance d’obtenir un bon accord, mais nous n’y sommes pas encore», déclare Johnson
PhotoNews

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a assuré en conseil des ministres mercredi, à la veille d’un sommet européen crucial pour le Brexit, qu’il existait « une chance d’obtenir un bon accord » mais que les deux parties n’y étaient « pas encore », selon Downing Street.

Brexit: «Je veux croire qu’un accord est en train d’être finalisé», déclare Macron

Il y a « une chance d’obtenir un bon accord mais nous n’y sommes pas encore », a-t-il déclaré à ses ministres, selon son porte-parole. Il reste toujours « un certain nombre de questions en suspens », selon la même source, qui a ajouté que le gouvernement a donné au Premier ministre son « entier soutien » pour continuer à travailler.

De nouvelles discussions devraient se tenir avec le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié du parti conservateur de Boris Johnson au Parlement britannique.

Des discussions marathon se poursuivent à Bruxelles pour tenter de trouver un accord pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue le 31 octobre.

Plusieurs questions épineuses

Ces discussions se concentrent sur plusieurs questions épineuses. La manière d’éviter le retour d’une frontière physique entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, membre de l’UE, afin de préserver la paix sur l’île tout en permettant des contrôles douaniers, est la plus complexe. Le droit de regard accordé aux autorités nord-irlandaises sur l’accord de divorce pose aussi problème car les Européens l’assimilent à un droit de veto.

Le porte-parole de Boris Johnson a par ailleurs confirmé que le gouvernement voulait que le Parlement britannique siège samedi, pour la première fois un tel jour depuis la guerre des Malouines il y a 37 ans, au lendemain du sommet européen. Une motion en ce sens a été déposée.

Si aucun accord n’est trouvé d’ici au 19 octobre, une loi contraint Boris Johnson à demander à l’UE un report de trois mois du Brexit. Un tel report, qui serait le troisième, nécessite l’accord unanime des 27.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite