Brexit: «Je veux croire qu’un accord est en train d’être finalisé», déclare Macron

Brexit: «Je veux croire qu’un accord est en train d’être finalisé», déclare Macron
EPA

Emmanuel Macron a déclaré mercredi vouloir « croire qu’un accord » sur le Brexit était « en train d’être finalisé » alors que des discussions marathon étaient menées à Bruxelles à la veille d’un sommet européen.

« Je veux croire qu’un accord est en train d’être finalisé et que nous pourrons ainsi le consacrer demain » à Bruxelles, a déclaré le chef de l’Etat au cours d’une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à Toulouse.

Le Brexit sera l’un des principaux dossiers au menu du sommet des 28 de jeudi et vendredi. Le Brexit sera l’un des principaux dossiers au menu du sommet des 28 de jeudi et vendredi.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, maître d’œuvre du sommet, a estimé que « les bases d’un accord » sur le Brexit étaient « prêtes » et pourraient se concrétiser dans les prochaines heures. Mais il reste « d’importants problèmes à régler », a averti mercredi le négociateur de l’UE Michel Barnier, en rendant compte du progrès des discussions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite