Trump sous le feu des critiques après avoir reçu les parents d’un jeune tué au volant

Les parents du jeune Harry Dunn, ce 15 ocotbre à New York.
Les parents du jeune Harry Dunn, ce 15 ocotbre à New York. - Reuters

Les parents d’un jeune Britannique tué en Angleterre dans un accident de la route ont regretté mercredi la façon dont ils ont été reçus à la Maison Blanche par Donald Trump, qui les a incités, en vain, à rencontrer la femme d’un diplomate américain impliquée dans le drame.

Cette réception de Charlotte Charles et Tim Dunn a été « organisée à la va-vite par des imbéciles en roue libre », a dénoncé, en référence aux conseillers de la Maison Blanche, le porte-parole des deux parents, Radd Seiger.

Harry Dunn, 19 ans, est mort dans la collision de sa moto avec une voiture dans le Northamptonshire, en Angleterre, le 27 août. La conductrice du véhicule, Anne Sacoolas, 42 ans, roulait du mauvais côté de la chaussée. Invoquant une immunité diplomatique, cette mère de trois enfants est repartie aux Etats-Unis.

« Une opération de communication »

Charlotte Charles et Tim Dunn demandent depuis justice et exhortent les Etats-Unis à lever l’immunité diplomatique de Mme Sacoolas pour qu’elle retourne en Grande-Bretagne afin d’y être jugée.

M. Seiger a accusé M. Trump d’avoir tenté mardi soir une « opération de communication » en invitant les parents endeuillés à la Maison Blanche sans les prévenir que Mme Sacoolas se trouvait dans la pièce d’à côté, entourée de photographes. Pressés par M. Trump de rencontrer Mme Sacoolas, les parents d’Harry ont décliné.

À cette occasion Robert O’Brien, conseiller à la sécurité nationale du président, s’est montré « extrêmement tendu et agressif et est très mal passé lors de cette entrevue qui exigeait une gestion prudente et de la sensibilité », a affirmé Radd Seiger.

« Sur le sol britannique »

Les deux parents, interviewés mercredi sur la chaîne américaine CBS, ont confirmé avoir été surpris d’abord de voir Donald Trump ‘ce qui n’était pas prévu’ et d’entendre sa proposition de rencontrer la femme responsable de la mort de leur fils.

« Il a présenté ses condoléances. Il semblait chaleureux et il était accueillant, ce qui était appréciable. Mais il ne lui a pas fallu longtemps pour lâcher dans la conversation qu’Anne Sacoolas se trouvait dans le bâtiment », a relaté la mère d’Harry, qui a estimé que la Maison Blanche n’était « pas le lieu » adapté.

« Nous sommes toujours prêts à la rencontrer, mais cela doit être sur le sol britannique, en présence de psychologues et de médiateurs, et pas simplement pour notre bien mais pour le sien aussi », a ajouté Mme Charles.

La colère de Boris Johnson

Cette affaire qui rencontre un fort écho au Royaume-Uni est source d’un désaccord diplomatique entre Londres et Washington.

Les parents d’Harry ont reçu le soutien du gouvernement britannique et jusqu’au Premier ministre Boris Johnson, qui est lui-même publiquement monté au créneau.

Interrogé la semaine dernière, Donald Trump avait évoqué un « accident horrible », le mettant sur le compte de la fatalité. « La personne au volant de la voiture a une immunité diplomatique. Nous allons rapidement lui parler et voir ce que nous pouvons faire », avait-il ajouté.

► Le récit complet expliqué par notre correspondant à lire sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous