Accueil Opinions Éditos

L’ambition géopolitique de l’UE s’abîme dans les Balkans

Seule contre tous, la France s’est opposée mardi à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord. Et avec les Pays-Bas, Paris a bloqué le démarrage des pourparlers avec l’Albanie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Bien sûr, le sommet européen sera phagocyté par ce qu’un diplomate, plongé jusqu’au cou dans cette affaire, qualifie de questions « nombrilistes ». Les chicaneries sur le budget de l’Union européenne : 1,16 %, 1,114 % ou 1,03 % du PIB ? Ou encore ce surréaliste autant qu’inextricable « rétrécissement » de l’UE : le Brexit.

Pourtant, si l’on veut bien lever le nez sur le cadre plus large, l’Europe est brusquement confrontée à une déflagration majeure, à sa porte : l’offensive lancée unilatéralement en Syrie par celui que l’on pensait « l’allié » turc. Les conséquences de cette invasion sont imprévisibles mais offrent déjà un miroir du nouveau monde qui s’impose à nous, chaotique, fragmenté, où l’on voit le régime criminel de Damas relever la tête, Daesh reprendre le collier, la Russie revancharde de Poutine tirer les marrons du feu et les Etats-Unis de Trump s’enfoncer dans des divagations extraordinaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 17 octobre 2019, 9:29

    Trop facile d'accuser Emmanuel Macron hors contexte. Si l'Allemagne n'avait pas fait la sourde oreille au discours de la Sorbonne, on en serait pas là. Dès 1957, Pierre Mendès-France qui n'est pas à proprement parler un nationaliste mettait en doute la construction européenne à l'époque alors sur le traité de Rome. Cela fait fait plus de 60 ans que la France n'est pas écoutée! Et certainement le discours de la Sorbonne d'Emmanuel Macron a été totalement snobé par Angela Merkel. Celle-ci a fait un signe poli et puis elle est passée à autre chose. Cette boutiquière sans vision a enfoncé l'UE dans la crise et finalement son propre pays rattrapé inévitablement par la crise qu'elle a laissé se développer dans le reste de l'UE sans vision. Elle a refusé toute évolution qualitative de l'UE. Elle récolte aujourd'hui, ralentissement de l'économie en Allemagne et crise à tous les étages européens, blocages de la France, les fruits amers de sa totale inconséquence. Quand les historiens prendront un peu de distance, ils cesseront peut-être enfin d'encenser Angela Merkel et si d'aventures l'UE devait ne pas y survivre, ils dénonceront le rôle profondément inconséquent de la gestionnaire de la rente Schröder!

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs