Brexit: un accord a été trouvé

Brexit: un accord a été trouvé
AFP

Un accord révisé sur le Brexit a été atteint ce jeudi matin entre les négociateurs européens et britanniques, a indiqué le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

« Là où il y a de la volonté, il y a un accord. Nous en tenons un ! C’est un accord équilibré et juste pour le Royaume-Uni et l’Union européenne. Il démontre notre engagement à trouver des solutions. Je recommande au Conseil européen de l’approuver », a tweeté Juncker.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé de son côté qu’un « excellent nouvel accord » avait été trouvé sur le Brexit avec l’Union européenne, à quelques heures du sommet européen qui doit sceller le sort du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévu dans deux semaines.

« Nous avons un excellent nouvel accord qui reprend le contrôle », a tweeté le dirigeant conservateur, en référence aux promesses du camp « Leave » lors du référendum de juin 2016 de reprendre le contrôle de ses lois et de sa politique commerciale. Il a appelé les députés britanniques à approuver cet accord lors d’une séance parlementaire exceptionnelle samedi.

Michel Barnier, le négociateur du Brexit pour les 27 s’est exprimé ce jeudi à la Commission européenne : « J’ai confiance dans la possibilité que l’accord soit soutenu et ratifié au 31 octobre ». Il n’y a pas réellement de surprise, beaucoup du texte final se retrouve dans l’accord, ajoutant qu’il y a quelques éléments nouveaux sur l’Irlande du Nord.

Michel Barnier a indiqué qu’il considère l’accord trouvé « juste et raisonnable » et qui correspond aux principes de l’Union européenne. « Nous esperons commencer les négociations commerciales plus tôt possible avec le Royaume-Uni. »

Le texte de cet accord devrait rapidement être transmis aux dirigeants de l’Union européenne, qui pourraient l’approuver lors de leur sommet prévu à Bruxelles dès 15h00 ce jeudi.

Le président français Emmanuel Macron s’est dit de son côté « raisonnablement confiant » sur une ratification au Parlement britannique alors que des voix s’élèvent déjà contre l’accord en Grande-Bretagne. «Je suis satisfait qu’on ait réussi à le trouver (l’accord), a-t-il ajouté lors d’une réunion à Bruxelles du groupe »Renew Europe« au Parlement européen auquel appartient son parti.

Le DUP et le parti travailliste s’opposent à l’accord

Le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié au Parlement britannique des conservateurs de Boris Johnson, a réaffirmé jeudi son opposition à l’accord négocié entre Londres et l’Union européenne, rendant très incertaine son adoption par les députés.

Le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn, s’est également opposé à l’accord mis en place : « Cet accord ne rassemblera pas le pays et doit être rejeté. La meilleure façon de résoudre le Brexit est de donner à la population le dernier mot lors d’un vote populaire. »

En cas de feu vert du Conseil et du parlement britannique, l’hémicycle européen pourrait lui se prononcer dès la semaine prochaine sur l’accord, ouvrant alors la voie à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite