Roger Federer participera à Roland-Garros en 2020 (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Privés de leur idole pendant trois ans entre 2016 et 2018, les fans français de Roger Federer auront le plaisir de le voir à Roland-Garros pour la deuxième année d’affilée au printemps prochain.

Le Suisse a annoncé dans une interview avec CNN que le « French » était à son programme, avec aussi les Jeux olympiques, Wimbledon, l’US Open et peut-être Cincinnati avant New-York. Un menu copieux pour un joueur qui fêtera ses 39 ans le 8 août.

« Je ferai Roland-Garros, mais je ne jouerai probablement pas beaucoup avant. J’ai besoin de passer du temps avec ma famille, il nous faut des vacances, une pause, surtout si je joue les Jeux olympiques », a expliqué le champion, père de quatre enfants, dont le premier objectif pour 2020 est l’Open d’Australie.

Pendant trois saisons, de 2016 à 2018, l’homme aux vingt titres du Grand Chelem n’est pas venu à la Porte d’Auteuil, au grand dam des supporteurs qui le vénèrent, soit parce qu’il était blessé soit parce qu’il préservait des forces pour des objectifs plus accessibles, comme Wimbledon qui vient juste après.

En 2019, dix ans après sa seule victoire en finale contre le Suédois Robin Soderling, son grand retour s’est soldé par une belle réussite sportive. Il n’a perdu qu’en demi-finale contre Rafael Nadal (6-3, 6-4, 6-2), le futur vainqueur. C’était la sixième fois en six matches (dont 2 finales) que le champion helvète perdait à Roland-Garros contre son grand rival espagnol.

Préparation écourtée

Il est probable que sa préparation au Grand chelem français sera réduite sur la surface qui lui a le moins réussi tout au long de sa carrière et sur laquelle il s’est fait rare ces dernières saisons. Il a manqué les trois dernières éditions de Monte Carlo, quatre des cinq dernières de Madrid et deux des trois dernières de Rome. L’an passé, il avait joué à Madrid et à Rome avant d’arriver à Paris.

Federer a annoncé en début de semaine qu’il participerait aux JO de Tokyo dans l’espoir de décrocher enfin l’or en simple, un des très rares titres prestigieux qui lui manque. Il a remporté l’or en double avec Stan Wawrinka à Pékin en 2008 et l’argent en simple à Londres en 2012, où il avait été battu en finale par Andy Murray. Il n’avait pas participé aux Jeux de Rio en 2016.

Le Suisse détient le record des victoires en Grand Chelem avec 20 levées (8 Wimbledon, 6 Open d’Australie, 5 US Open et 1 Roland-Garros), mais son total est menacé par Nadal, qui en est à 19 avec ses deux victoires de la saison (Roland-Garros, US Open), voire par le Serbe Novak Djokovic (16), vainqueur des deux autres « Majors » de 2019 (Australie, Wimbledon). Federer, dont le dernier titre majeur remonte à l’Open d’Australie en 2018, n’a jamais donné de date pour sa retraite.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News, EPA

    Par Damien Poncelet

    ATP - WTA

    Masters de Londres: Djokovic-Federer, un «quart» au sommet

  • 48245429

    Par B.Dn. et Y.G.

    ATP - WTA

    Masters de Londres: Federer déjà au bord de l’élimination

  • @EPA

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rafael Nadal ira se tester au Masters de Londres

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite