Fausse arrestation de Dupont de Ligonnès: une enquête est ouverte

Le procureur de Nantes Pierre Sennès a ouvert une enquête sur les fuites policières intervenues lors de l’annonce de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès à Glasgow, a-t-il indiqué jeudi à l’AFP.

Vendredi soir, des sources policières françaises avaient rapporté à plusieurs médias, dont l’AFP, que la police écossaise avait informé la France de l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, à son arrivée à Glasgow dans un vol en provenance de Paris.

Selon les informations de la police écossaise relayées par la police française, les empreintes de l’homme interpellé correspondaient à l’homme recherché après le meurtre de sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes. Un test ADN a ensuite montré samedi qu’il ne s’agissait pas de la même personne.

La police écossaise a assuré lundi n’avoir «jamais confirmé, ni en public ni en privé» que l’homme interpellé à l’aéroport de Glasgow était Xavier Dupont de Ligonnès. Une source française proche de l’enquête a elle assuré que la police écossaise avait affirmé «à quatre reprises» à ses homologues français ainsi qu’au «magistrat de liaison» avoir arrêté Xavier Dupont de Ligonnès.

De nombreux autres médias — dont l’AFP, les quotidiens Le Monde, Le Figaro, Libération et la chaîne de télévision BFMTV — ont publié, dans un souci de transparence, une chronologie détaillant la façon dont sont sorties les informations en provenance de différentes sources, qui les ont conduits à diffuser vendredi cette nouvelle.

Xavier Dupont de Ligonnès, qui a disparu depuis le quintuple meurtre, est activement recherché depuis cette date. Il a été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il a été filmé par la caméra d’un distributeur de billets, et, le 15, il a quitté à pied un hôtel de Roquebrune-sur-Argens (dans le Var, sud-est de la France) avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine.

Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de la maison familiale, enroulés dans des draps et de la chaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les avortements jusqu’à 18 semaines reposent la question de la formation

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite