Nethys: le PTB dénonce le refus de la majorité de convoquer l’ex-ministre De Bue en urgence

Nethys: le PTB dénonce le refus de la majorité de convoquer l’ex-ministre De Bue en urgence
Belga

Le PTB a dénoncé jeudi la décision de la majorité wallonne PS-MR-Ecolo de refuser la convocation en urgence de la commission des pouvoirs locaux pour auditionner l’ancienne ministre Valérie De Bue (MR) et faire la lumière sur les privatisations des filiales de Nethys (Voo, Win et Elicio). « Alors que le PTB avait demandé la convocation en urgence de la commission des pouvoirs locaux, celle-ci a été refusée, à l’occasion de la réunion (jeudi, ndlr) de la conférence des présidents, par la majorité PS-MR-Ecolo », a affirmé le chef de file du PTB au parlement wallon et porte-parole du parti de gauche radicale, Germain Mugemangango, dans un communiqué.

Le PTB réclamait l’audition de Mme De Bue, ex-ministre des pouvoirs locaux, pour faire la lumière sur son implication dans les ventes des filiales de Nethys. « Stéphane Moreau a déclaré qu’elle était au courant depuis le 13 juin des ventes. Elle dit que c’est faux. Nous voulons bien la croire, mais qu’elle vienne s’en expliquer devant les parlementaires », a souligné M. Mugemangango.

« Cette majorité PS-MR-Ecolo laisse traîner les choses »

Pour le porte-parole du parti de gauche, « c’est d’autant plus nécessaire que chaque jour apporte sa moisson de nouveaux éléments ». « Nous avons encore appris hier que VOO avait bien été vendu le 22 mai, explique Germain Mugemangango. Non pas via une offre liante mais via une vente effective. Moreau et sa bande avaient donc encore menti à ce sujet. Cette audition est donc d’autant plus urgente », a ajouté le député communiste.

Il a indiqué ne pas comprendre l’attitude des partis de la majorité. « Cette majorité PS-MR-Ecolo laisse traîner les choses », a encore dénoncé M. Mugemangango. « Dans ce dossier, chaque jour compte car ceux qui veulent partir avec les morceaux les plus juteux de Nethys jouent la montre pour rendre les ventes irrévocables. On nous refuse la commission d’urgence. Nous avons déjà demandé à plusieurs reprises l’audition des fameuses ‘mains invisibles’ qui ont laissé (…) vendre des filiales et on nous les refuse aussi. La lenteur de ce gouvernement sert objectivement ceux qui veulent privatiser les composantes de Nethys dans leur intérêt. Cette passivité pose question », a conclu le porte-parole du PTB.

Sur le même sujet
Partis politiquesMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’heure de la retraite, Michel Jadot conserve un esprit critique et sans concession, au service d’une certaine idée de l’Etat et de la protection sociale.

    Michel Jadot: «Je crains la régionalisation des soins de santé d’ici cinq ans»

  • Christie Morreale provient de la région liégeoise, une terre d’économie sociale.

    L’économie sociale dope l’emploi

  • Le modèle confédéral version N-VA soulève plusieuyrs objextions qui doivent impérativement être mises en débat.

    Par Paul De Grauwe (LSE) et Philippe Van Parijs (UCLouvain & KU Leuven), coordinateurs de l’initiative Re-Bel(Rethinking Belgium’s Institutions in the European Context)

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Confédéralisme: trois difficultés fatales?»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite