David Goffin éliminé de manière précoce à Anvers: «Il faut que je range cette défaite parmi les accidents de parcours»

@News
@News

Le Français Ugo Humbert (ATP 70), 21 ans, a surpris David Goffin (ATP 14), tête de série numéro deux, à la Lotto Arena, jeudi soir au deuxième tour de l’European Open de tennis, le tournoi ATP d’Anvers disputé sur surface dure et doté de 635.750 euros. Score final : 6-3, 6-1 en 1 heure et 7 minutes. Bref, il n’y a pas eu match…

« Je ne veux pas parler d’un non-match de ma part, mais plutôt de la qualité de jeu d’Ugo », a précisé David Goffin. « Il a joué avec force des deux côtés, en prenant tous les risques possibles. Il a sorti le match de sa carrière ! En jouant à fond de la sorte, il m’a complètement neutralisé, il ne m’a pas laissé le temps de jouer et il est resté solide jusqu’au bout… »

David Goffin a pourtant tout essayé. En vain. « Dans la deuxième manche, j’ai essayé de varier plus, de slicer, de me rapprocher de ma ligne, mais je n’y arrivais pas ! Il ne m’a rien laissé, en fait. J’espérais trouver la petite faille pour m’y engouffrer, mais non, il a continué à jouer sans se poser de questions. Il ne m’a rien laissé. D’habitude, lorsqu’on tente tout comme ça, il y a un peu de déchet, mais là, il n’a rien lâché. »

C’est une soirée à oublier pour le Liégeois. « Il y a des jours comme ça… Lors d’un match en indoor, ça peut arriver. C’est évidemment dommage car il y avait une belle opportunité à saisir, ici, à Anvers… Il m’a vraiment joué un mauvais tour. Il faut que je range cette défaite parmi les accidents de parcours. Car ce n’est pas comme si je me sentais subitement mal sur le court. La pression était là, mais comme un peu partout finalement. J’ai juste quelques jours pour oublier rapidement ceci et me reconcentrer sur la suite… »

Les nombreux spectateurs belges rêvaient d’une victoire pour Goffin devant son public. Est-ce que cela a créé une excitation supplémentaire ? « Je ne m’occupais pas vraiment de ça. Je n’ai pas forcément ressenti plus de pression parce que c’est un tournoi en Belgique. Bien sûr que j’aurais aimé gagner, mais ce n’était pas possible. Je n’ai pas eu le bon pressentiment. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite