Violents affrontements armés au Mexique: l’un des fils d’El Chapo arrêté (photos)

Violents affrontements armés au Mexique: l’un des fils d’El Chapo arrêté (photos)
Reuters

Les autorités mexicaines ont annoncé avoir arrêté un des fils de Joaquin « El Chapo » Guzman au moment même où de violents affrontements opposaient jeudi soir les forces de l’ordre à des bandes armées, à Culiacan, fief du baron de la drogue emprisonné aux Etats-Unis.

Un homme qui s’est présenté comme étant Ovidio Guzman Lopez a été arrêté ensemble avec trois autres personnes, après une attaque contre une patrouille de la Garde nationale, a déclaré le secrétaire d’Etat à la Sécurité et la protection des citoyens, Alfonso Durazo.

Des tirs nourris opposants des civils armés aux forces de sécurité mexicaines à Culiacan (nord-ouest) ont retenti en plein après-midi dans les rues de cette ville de 750.000 habitants ainsi que des explosions de véhicules, forçant les résidents à se terrer chez eux, a rapporté un correspondant de l’AFP.

Les membres du cabinet de sécurité se sont réunis jeudi dans la soirée à la suite de ces violences, a indiqué le bureau du président mexicain Andrès Manuel Lopez Obrador, sans plus de détails. Dans un communiqué, le gouverneur de l’Etat de Sinaloa, considéré comme l’un des plus violents au Mexique, a appelé la population à « ne pas sortir dans les rues et à se conformer aux instructions officielles en fonction de la tournure des événements en cours ».

Selon le correspondant de l’AFP, plusieurs rues du secteur ont été partiellement bouclées par les civils en armes portant des capuches pour masquer leurs visages, donnant à la ville des allures de champ de bataille. Plusieurs habitants de la ville ont été contraints de fuir en abandonnant leurs voitures dans les rues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce mardi 12 novembre, à l’occasion d’une grève générale, ils étaient plusieurs centaines de milliers dans les rues du pays à réclamer, notamment, une Assemblée constituante. La sortie de crise n’est pas pour tout de suite.

    Par Alan Loquet

    Amériques

    Le Chili vers une sortie de crise?

  • Cristina Bautista a été assassinée le 29
octobre.

    Par Anne Proenza

    Amériques

    Colombie: «Si on parle on nous tue, si on se tait aussi»

  • Lula.

    Par Anne Vigna

    Amériques

    Le retour inespéré de Lula

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite