Serie A: la Juve en leader, Pioli et Ranieri en sauveurs à l’AC Milan et la Sampdoria

©Photonews
©Photonews

En allant battre l’Inter Milan 2-1 à San Siro il y a 15 jours, la Juventus a montré qu’elle restait la patronne du championnat d’Italie. Les Turinois, forts de six victoires et un match nul en sept matches, ont une longueur d’avance sur l’Inter et sont certains d’au moins la conserver en cas de succès à domicile samedi contre Bologne (11e).

L’Inter de son côté ira jouer à Sassuolo (15e avec un match en moins), sans Alexis Sanchez, revenu blessé de son séjour avec la sélection chilienne.

La trêve a coûté cher également à l’Atalanta Bergame (3e), une autre équipe qui sera engagée en milieu de semaine en Ligue des champions. Les Bergamasques ont en effet perdu leur avant-centre Duvan Zapata, l’un des grands artisans d’un début de saison réussi.

Sans le Colombien, l’équipe de Gian Piero Gasperini ouvrira cette 8e journée samedi avec un déplacement à Rome pour affronter la Lazio (6e).

Beaucoup plus bas, l’AC Milan (13e) et la Sampdoria Gênes (20e) doivent réagir avec aux commandes deux nouveaux entraîneurs.

Pour le Milan, c’est Stefano Pioli qui est désormais à la barre après le départ de Marco Giampaolo. Les rossoneri ont besoin de trois points, dès dimanche à San Siro contre le promu Lecce (18e).

À Gênes, c’est Claudio Ranieri qui est chargé de sauver la Sampdoria, lanterne rouge avec trois points seulement en sept matches.

Comme il l’avait fait au mois de mars à l’AS Rome, Ranieri remplace Eusebio Di Francesco, qui n’a pas résisté à ce catastrophique début de saison.

Et pour ses débuts, Ranieri accueille justement… la Roma (5e), club où il a joué, qu’il a entraîné à deux reprises et dont il est notoirement supporter. Le match pourrait toutefois être reporté pour des raisons météorologiques.

Lundi en clôture de cette 8e journée, Brescia (16e) recevra la Fiorentina (8e) pour un beau duel entre Balotelli et Ribéry.

Le programme de la 8e journée de Serie A :

Samedi 19 octobre :

(15h00) Lazio Rome – Atalanta Bergame

(16h00) Naples – Hellas Vérone

(20h45) Juventus Turin – Bologne

Dimanche 20 octobre :

(12h30) Sassuolo – Inter Milan

(15h00) Cagliari – Spal

Sampdoria Gênes – AS Rome

Udinese – Torino

(18h00) Parme – Genoa

(20h45) AC Milan – Lecce

Lundi 21 octobre :

(20h45) Brescia – Fiorentina

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Remplacé, il a filé vers les vestiaires sans s’asseoir sur le banc.

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Serie A: on ne changera pas Cristiano Ronaldo…

  • belgaimage-158128449-full

    Par Frédéric Larsimont

    Division 1A

    Felice Mazzù en fin de course à Genk

  • ©News

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Diables rouges: un nouveau maillot qui divise les foules

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite