Sommet européen: Juncker ne s’attend pas à un accord sur le budget 2021-2027 d’ici la fin de l’année

Sommet européen: Juncker ne s’attend pas à un accord sur le budget 2021-2027 d’ici la fin de l’année
AFP

Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, ne «pense pas qu’une décision» sur le budget pluriannuel de l’Union européenne sera prise en décembre par le Conseil européen, a-t-il déclaré vendredi lors d’une conférence de presse à l’issue d’un sommet.

D’après le Luxembourgeois, dont le mandat à la tête de l’exécutif de l’Union européenne s’achève, le débat mené entre les chefs d’Etat et de gouvernement en matinée n’a pas permis de faire avancer les choses.

«Ce n’était qu’une réunion d’évaluation. Tout le monde a répété des positions déjà connues. Il n’y a pas eu de lignes directrices, rien!», a-t-il déploré.

L’actuel cadre financier pluriannuel (CFP) - qui porte sur la période 2014-2020 - avait été adopté tardivement, ce qui avait entraîné un retard dans le lancement de nouveaux programmes. Voulant éviter qu’un tel scénario ne se reproduise, les leaders européens avaient indiqué en juin dernier leur ambition d’atterrir en fin d’année, et ce alors que la Commission et le Parlement les pressaient déjà de s’entendre avant les élections européennes.

«Les Etats membres du Conseil européen ont l’obligation de conclure rapidement ce débat. Si nous attendons la fin de l’année prochaine, nous perdrions deux autres années», a insisté Juncker.

Pour compenser la perte de la contribution britannique due au Brexit et financer de nouveaux besoins (politique migratoire et des frontières, défense, emploi, Erasmus+, etc.), la Commission européenne a proposé des coupes dans la politique agricole commune (-5%) et les fonds de cohésion (-6%), ce qui est plutôt mal passé chez les principaux bénéficiaires de ces politiques historiques.

Des pays du nord comme les Pays-Bas, la Suède, le Danemark, mais aussi l’Autriche veulent par ailleurs réduire à 1% du revenu national brut (RNB) l’enveloppe totale proposée par la Commission (1,114%), tandis que d’autres souhaitent augmenter les sources de recettes au budget de l’UE.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite