Présidence de Défi: Didier Gosuin annonce qu’il ne sera pas candidat

Didier Gosuin
Didier Gosuin - Belga

L’ex-ministre régional bruxellois Didier Gosuin ne sera pas candidat à l’élection de la personne appelée à succéder à Olivier Maingain à la présidence de Défi à partir du mois de décembre prochain. L’ex-ministre régional bruxellois et chef de file de Défi l’a annoncé lui-même via l’agence Belga, vendredi, en fin de journée.

«Je ne serai pas candidat car j’aime respecter mes propres engagements. J’avais dit en janvier dernier que je ne souhaitais pas me présenter aux élections de mai dernier. J’avais fait part de mon souhait de prendre de la distance et réfléchir à une participation à l’émergence d’un mouvement de réflexion politique», a expliqué Gosuin.

Remerciant ceux qui l’ont encouragé, malgré cela, à faire acte de candidature à la tête d’un parti (ndlr: où il a compté depuis une trentaine d’années), l’actuel bourgmestre d’Auderghem a précisé avoir attendu de se prononcer définitivement car il voulait «s’assurer qu’il y avait des candidats valables».

>Présidence de Défi: Emmanuel De Bock ne sera pas candidat

Jusqu’à présent, seul le nouveau chef de file de Défi la Chambre, François De Smet a fait acte publiquement de candidature.

«Il y a une candidature de jeune à l’accent de renouveau avec de la surface intellectuelle. Mon rôle est de permettre ce renouveau ouvert à la société civile», a-t-il dit, sans citer De Smet.

Les candidatures peuvent être déposées jusqu’à dimanche soir, à minuit, au siège du parti.

Didier Gosuin ne voit pas d’un mauvais oeil la perspective du dépôt d’une autre candidature, d’ici là, dès le moment où cela peut «ouvrir un débat» au départ de «projets différents», mais «précis».

«Mais si c’est une candidature par défaut, parce que Gosuin renonce à se présenter, cela n’est pas très crédible», a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite