Russie: au moins 15 morts après la rupture d’un barrage en Sibérie

Quinze personnes ont été tuées et six autres sont portées disparues après la rupture samedi d’un barrage illégal sur le site reculé d’une mine d’or en Sibérie, dernier en date d’une série d’accidents meurtriers qui frappent la Russie. L’effondrement de ce barrage sur la rivière Seïba, dans la région de Krasnoïarsk, a provoqué l’inondation d’installations pour les travailleurs où vivaient les victimes, selon les autorités russes.

Au moins 15 personnes sont mortes et six autres sont toujours portées disparues, a déclaré à l’AFP Aliona Aleksichina, une porte-parole du ministère russe des Situations d’urgence, alors que les recherches étaient rendues compliquées par la tombée de la nuit dans la région de Krasnoïarsk. Un précédent bilan faisait état de 13 disparus mais sept personnes ont été retrouvées vivantes, ont annoncé les autorités.

Environ 300 personnes, six hélicoptères et six bateaux ont pris part aux opérations de recherches et de sauvetage, compliquées par l’éloignement du site, a annoncé le ministère dans un communiqué. Au total, 16 personnes ont reçu des soins médicaux, quatre d’entre eux ayant été hospitalisé dans un état sérieux, selon les autorités. Selon des responsables, le barrage avait apparemment été construit sans respecter les réglementations et les autorités ignoraient même son existence. Une enquête criminelle a été ouverte pour violation des règles de sécurité.

Le président russe Vladimir Poutine a donné l’ordre aux autorités d’assister les victimes et d’identifier les causes de l’accident, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Au milieu des forêts

Des images télévisées montraient les installations, situées au milieu de forêts et de montagnes avec au sol une fine couche de neige. Le gouverneur régional Alexander Ouss a déclaré à la télévision qu’environ 80 travailleurs habitaient dans les installations touchées, situées près du village isolé de Shchetinkino au sud de la ville de Krasnoïarsk, elle-même à environ 4.000 km à l’est de Moscou.

La population résidant sur le site est estimée à environ 180 personnes au total. « Les gens dormaient, apparemment ils n’ont même pas compris ce qui se passait », a confié à la radio moscovite Govorit Moskva un ouvrier de la mine, non identifié. Les travailleurs vivaient dans des installations construites à la hâte, a-t-il assuré, ajoutant que « cela dit tout ». Le barrage appartenait à l’entreprise russe Sibzoloto, qui n’a pas fait de commentaires dans l’immédiat.

Le barrage a été construit en violation de « toutes les normes », a déclaré à la télévision le chef du gouvernement régional, Iouri Lapchine. M. Ouss a pour sa part estimé que les pluies avaient pu l’éroder. La ministre russe de la Santé Veronika Skvortsova a été chargée de coordonner l’aide aux blessés. Plusieurs responsables régionaux, dont M. Ouss, des membres du parquet et des inspecteurs, se sont déplacés sur le site. Une équipe de médecins, dont un neurochirurgien, a été envoyée sur place.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite