Canada: Greta Thunberg manifeste dans l’Alberta

Canada: Greta Thunberg manifeste dans l’Alberta
Reuters

Des milliers de personnes, selon les organisateurs, se sont rassemblées vendredi pour le climat à Edmonton, dans la province pétrolière canadienne de l’Alberta, autour de la jeune militante suédoise Greta Thunberg, dont la présence a fait grincer des dents chez les militants pro-hydrocarbures. Nous manifestons « parce que notre avenir est en jeu. Dans cette crise, nous ne serons pas des spectateurs. Nous voulons que les personnes au pouvoir s’unissent derrière la science », a dit l’adolescente à la foule sous les applaudissements et les « amen », selon des images retransmises en direct par les organisateurs.

Mais si de nombreux manifestants ont crié leur soutien à l’égérie de la lutte contre l’inaction politique face au réchauffement climatique, des klaxons se sont aussi fait entendre en marge du rassemblement : ceux de contre-manifestants venus dans leurs camions défendre les énergies fossiles. « L’environnement est important pour nous, bien sûr qu’il l’est. Ce qu’ils doivent comprendre, c’est que nous souffrons et que nous avons aussi besoin de prêter attention aux emplois dans l’Alberta », avait lancé l’un d’eux avant le départ des véhicules.

« Les Canadiens sont des gens pragmatiques »

Jason Kenney, le Premier ministre de la province --dont les sables bitumineux contiennent la troisième réserve d’or noir de la planète-- avait aussi un message à adresser aux partisans de Greta Thunberg. « Les Canadiens sont des gens pragmatiques. Ils aiment les solutions réalistes. Appeler à la fin de l’économie industrielle moderne, appeler à priver des millions de personnes de leurs emplois (…), ce n’est pas une solution réaliste », a-t-il déclaré, en assurant que le secteur privé prenait « des risques » et investissait « beaucoup d’argent » pour réduire les gaz à effet de serre et les émissions carbone.

Greta Thunberg avait pris part fin septembre à Montréal à une manifestation géante rassemblant près d’un demi-million de personnes selon les organisateurs. Du jamais vu au Québec et l’une des plus grosses manifestations jamais organisées au Canada, à laquelle le Premier ministre libéral sortant Justin Trudeau avait aussi participé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite