La somptueuse anecdote de Zlatan Ibrahimović à propos de Romelu Lukaku: «Je lui ai proposé de lui donner £50 à chaque bon contrôle de balle, il n’a jamais accepté le pari»

Habitué aux sorties éclatantes dans la presse, le fantasque attaquant suédois Zlatan Ibrahimović est revenu sur son passage à Manchester United auprès des médias italiens. L’actuel deuxième meilleur buteur de MLS a notamment raconté une anecdote qui concerne Romelu Lukaku : « Je lui ai proposé de lui donner £50 à chaque bon contrôle de balle. », a-t-il commencé à expliquer. Et de poursuivre : « Il m’a demandé ce que je lui donnerais s’il les réussissait tous. Je lui ai répondu ‘rien’, mais que cela ferait de lui un meilleur footballeur. Pour l’anecdote, il n’a jamais accepté le pari. »

« Un désir énorme d’étonner le monde »

Après avoir partagé ce souvenir truculent, le joueur de Los Angeles a expliqué plus sérieusement : « Blague à part, il a un désir énorme d’étonner le monde. Cela va profiter à l’Inter. » Les louanges ne se sont pas arrêtées là : « Quand je suis arrivé à Manchester, on m’a demandé de citer un bon attaquant en Premier League. J’ai dit Lukaku, parce qu’il est fort et qu’il met beaucoup de buts. »

Opération séduction en Italie

Si Zlatan s’est adressé aux médias italiens, ce n’est certainement pas un hasard. La star suédoise a clairement exprimé son désir de rejouer en Serie A, malgré ses 38 balais : « Je veux revenir en Italie. J’ai 38 ans mais je vaux toujours 20 buts. Votre pays (NDLR : l’Italie) est ma seconde maison », a-t-il déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. @Isopix

    Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

  3. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite