Cessez-le-feu en Syrie: Ankara et les forces kurdes s’accusent mutuellement de violer la trêve

Cessez-le-feu en Syrie: Ankara et les forces kurdes s’accusent mutuellement de violer la trêve
Reuters

Les forces kurdes et la Turquie se sont mutuellement accusées samedi de violer une trêve dans le nord de la Syrie, qui impliquait un retrait des forces kurdes de la région frontalière en échange de l’arrêt de l’offensive turque lancée le 9 octobre. Un calme relatif semblait être revenu samedi dans la ville clé de Ras al-Aïn, après des affrontements sporadiques la veille au soir, a constaté un correspondant de l’AFP.

Du côté turc de la frontière, une journaliste de l’AFP a toutefois entendu quelques coups de feu provenant de Ras al-Aïn. Le commandement général des FDS a dit samedi dans un communiqué son « engagement à respecter le cessez-le-feu ». Mais un de leurs commandants, Redur Khalil, a indiqué à l’AFP que du « côté turc, on ne le respecte pas, ne permettant pas l’ouverture d’un couloir humanitaire pour sortir les blessés et civils bloqués dans la ville de Ras al-Aïn ».

M. Khalil a estimé que Washington portait la responsabilité du « non-respect de l’accord, en sa qualité de garant et médiateur de la trêve » de cinq jours négociée par les Etats-Unis avec la Turquie et annoncée jeudi soir. Ankara de son côté a également accusé les forces kurdes de violer la trêve, alors que « les forces armées turques respectent totalement l’accord », a déclaré le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

Le ministère a affirmé que « des terroristes (la Turquie qualifie ainsi les forces kurdes, ndlr) ont mené un total de 14 attaques dans les dernières 36 heures ». Selon l’OSDH, 32 blessés, majoritairement des combattants, nécessitent des soins d’urgence et six combattants des FDS sont décédés samedi de leurs blessures, un convoi humanitaire n’ayant pu accéder à Ras al-Aïn.

Des problèmes de « coordination »

Le porte-parole des FDS, Kino Gabriel, a indiqué dans la nuit sur Twitter que « conformément à l’accord de cessez-le-feu (les FDS) sont désormais en position défensive sur toutes les lignes de front », sans dire clairement si elles ont entamé le retrait réclamé par la Turquie. « Nous répétons que nous ferons usage de notre droit légitime à l’autodéfense en cas d’attaque de la part des milices soutenues par la Turquie », a-t-il ajouté.

Vendredi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a pointé des problèmes de « coordination » pour assurer « un retrait sécurisé des combattants des YPG (Kurdes des Unités de protection du peuple, principale composante des FDS, ndlr) de la zone contrôlée par les Turcs couverte par l’accord ». Il a dit espérer que, « dans les heures à venir » les Turcs et les combattants des YPG « prendront au sérieux les engagements qu’ils ont pris ». Les FDS ont également exhorté Washington à « faire pression sur le côté turc pour ouvrir le couloir (humanitaire) ».

Le cessez-le-feu semblait déjà fragile vendredi. Des frappes de l’aviation turque et des tirs d’obus des supplétifs syriens de l’armée turque ont provoqué la mort de 14 civils et de huit combattants des forces kurdes dans le village de Bab al-Kheir et ses environs du nord syrien, a annoncé l’OSDH.

Sur le même sujet
BlessuresSyrieÉtats-Unis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite