La Nouvelle-Zélande s’impose largement contre l’Irlande et se qualifie pour les demi-finales de la Coupe du monde de rugby

La Nouvelle-Zélande a dominé de la tête et des épaules son quart de finale de Coupe du monde de rugby. Samedi à Oita, les All Blacks se sont imposés sur le score net et sans appel de 46-14 contre l’Irlande et défieront l’Angleterre pour une place en finale.

Les doubles champions du monde en titre ont assouvi leur soif de vengeance, battus à deux reprises par le XV du Trèfle lors de leurs trois dernières oppositions (40-29 en 2016 et 16-9 en 2018, victoire 21-9 en 2016).

6 minutes pour débloquer le marquoir

Il n’aura fallu que 6 minutes aux Blacks pour débloquer le marquoir grâce à une pénalité de Richie Mo’unga. Grâce à deux essais d’Aaron Smith et un de Beauden Barrett, la Nouvelle-Zélande avait plié la rencontre au moment de rentrer aux vestiaires (22-0).

Menant 34-0 grâce à Codie Taylor (48e) et Matt Todd (61e), les All Blacks ont vu les Irlandais sauver l’honneur grâce à un essai de Robbie Renshaw (69e) et un essai de pénalité. Les Irlandais, finalement battus 46-14 après des nouveaux essais de George Bridge (73e) et Jordie Barrett (79e), ne passeront donc pas l’écueil des quarts de finale. C’est la 7e fois que l’Irlande est battue à ce stade de la compétition, la 3e par les Néo-Zélandais.

Les All Blacks joueront l’Angleterre

Plus tôt dans la journée, l’Angleterre a impressionné en disposant de l’Australie sur le score de 40-16. Le duel entre Anglais et Néo-Zélandais, prévu samedi prochain à Yokohama, vaudra assurément le détour.

Dimanche, le Pays de Galles défiera la France (9h15 belges) alors que le Japon affrontera l’Afrique du Sud (12h15).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite