Brexit: «Je ne négocierai pas de report avec l’Union européenne», déclare Boris Johnson

Le parlement britannique a reporté samedi sa décision sur l’accord de Brexit obtenu jeudi dernier par Boris Johnson, le contraignant également à demander un report du Brexit, actuellement prévu pour le 31 octobre.

Soutenu par l’opposition et des députés rebelles exclus du Parti conservateur, un amendement approuvé de justesse (322 voix pour, 306 contre) suspend tout feu vert du Parlement en attendant l’adoption des lois d’application de l’accord.

>Brexit: des dizaines de milliers de manifestants à Londres pour un second référendum

D’après ses partisans, cet amendement donne plus de temps aux députés pour débattre du texte dans ses détails sans risquer un «no deal» le 31 octobre s’ils n’ont pas fini.

Le vote de ce samedi déclenche en tout cas de facto la loi existante qui oblige Boris Johnson à demander aux Européens un report du Brexit en cas de «no deal»... sans pour autant enterrer l’accord qu’il a obtenu de haute lutte avec les 27.

Après le vote, le Premier ministre conservateur a répété qu’il n’entendait pas négocier un nouveau report du Brexit avec les Européens. Une sortie à cette date reste la meilleure chose à faire pour le Royaume-Uni et l’Union européenne, a-t-il martelé.

Le dirigeant conservateur a ensuite assuré que les lois d’application de l’accord seraient introduites dès la semaine prochaine.

La Commission européenne a dit prendre «note du vote de la Chambre des Communes sur l’amendement Letwin, qui signifie que l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne n’a pas été mis aux voix» ce samedi, a sobrement indiqué la porte-parole de l’exécutif européen, Mina Andreeva.

La Commission a ensuite lancé un appel à ce que Londres éclaircisse ses intentions «dès que possible».

Boris Johnson a dit regretter que le vote historique qui était prévu samedi sur son accord de divorce avec Bruxelles soit désormais« vidé de son sens».

La présidence française a réagi de son côté en estimant qu’un nouveau report n’était «dans l’intérêt de personne».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite