Brexit: «Je ne négocierai pas de report avec l’Union européenne», déclare Boris Johnson

Le parlement britannique a reporté samedi sa décision sur l’accord de Brexit obtenu jeudi dernier par Boris Johnson, le contraignant également à demander un report du Brexit, actuellement prévu pour le 31 octobre.

Soutenu par l’opposition et des députés rebelles exclus du Parti conservateur, un amendement approuvé de justesse (322 voix pour, 306 contre) suspend tout feu vert du Parlement en attendant l’adoption des lois d’application de l’accord.

>Brexit: des dizaines de milliers de manifestants à Londres pour un second référendum

D’après ses partisans, cet amendement donne plus de temps aux députés pour débattre du texte dans ses détails sans risquer un «no deal» le 31 octobre s’ils n’ont pas fini.

Le vote de ce samedi déclenche en tout cas de facto la loi existante qui oblige Boris Johnson à demander aux Européens un report du Brexit en cas de «no deal»... sans pour autant enterrer l’accord qu’il a obtenu de haute lutte avec les 27.

Après le vote, le Premier ministre conservateur a répété qu’il n’entendait pas négocier un nouveau report du Brexit avec les Européens. Une sortie à cette date reste la meilleure chose à faire pour le Royaume-Uni et l’Union européenne, a-t-il martelé.

Le dirigeant conservateur a ensuite assuré que les lois d’application de l’accord seraient introduites dès la semaine prochaine.

La Commission européenne a dit prendre «note du vote de la Chambre des Communes sur l’amendement Letwin, qui signifie que l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne n’a pas été mis aux voix» ce samedi, a sobrement indiqué la porte-parole de l’exécutif européen, Mina Andreeva.

La Commission a ensuite lancé un appel à ce que Londres éclaircisse ses intentions «dès que possible».

Boris Johnson a dit regretter que le vote historique qui était prévu samedi sur son accord de divorce avec Bruxelles soit désormais« vidé de son sens».

La présidence française a réagi de son côté en estimant qu’un nouveau report n’était «dans l’intérêt de personne».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite