Brexit: «Un délai supplémentaire n’est dans l’intérêt de personne», selon l’Elysée

Brexit: «Un délai supplémentaire n’est dans l’intérêt de personne», selon l’Elysée
AFP

L’Elysée a estimé samedi à propos du Brexit qu’« un délai supplémentaire n’est dans l’intérêt de personne », après le vote des députés britanniques reportant la décision sur l’accord entre Londres et Bruxelles.

«Un accord a été négocié, il appartient désormais au Parlement britannique de dire s’il l’approuve ou le rejette. Il faut un vote sur le fond», a plaidé la présidence française.

Les députés britanniques ont décidé samedi, par 322 voix contre 306, de reporter leur décision, ce qui contraindra le Premier ministre Boris Johnson à demander aux Européens un nouveau report du divorce. Mais Boris Johnson a aussitôt redit sa détermination à sortir son pays coûte que coûte de l’UE le 31 octobre.

Emmanuel Macron s’était dit jeudi «raisonnablement confiant» quant à une ratification par le Parlement britannique de l’accord de Brexit, déclarant vouloir «croire que Boris Johnson aura une majorité».

Il avait cependant fait part d’«une légitime prudence parce que, instruits par l’Histoire, nous savons que les Parlements peuvent ne pas se retrouver dans l’accord».

Selon le président français, l’accord, qui «apparaît comme un bon compromis», «répond aux objectifs qui étaient les nôtres: du côté européen, de défendre l’intégrité du marché unique et la liberté, et du côté britannique d’avoir toutes les garanties pour préserver leur intégrité».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    Retard scolaire, origine,...: la carte d’identité de l’élève francophone

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite