D1A: le Standard décroche la victoire face à Genk grâce à une superbe frappe de Samuel Bastien (1-0)

Le Standard s’est imposé 1-0 face à Genk ce samedi dans le cadre de la 11e journée de Pro League. Samuel Bastien a inscrit l’unique but de la soirée à la 84e minute. Au classement, le Standard (23 pts) évite ainsi de perdre du terrain sur le leader Bruges (26 pts et un match en moins). Genk reste en revanche à la 6e place avec 16 unités.

Les temps forts :

8e : La frappe de Samatta ! Le coup franc de Hagi est repoussé par la défense roucge, mais revient à Samatta à l’entrée du petit rectangle. Sa demi-volée croquée mais précise est repoussée par Bodart ! Première occasion du match pour Genk !

20e : Un ballon très disputé dans le petit rectangle entre Heynen, Vanheusden, Bastien et Samatta arrive finalement au Tanzanien. Samatta prend le dessus sur Bastien et marque d’une reprise en extension, mais Nicolas Laforge siffle une faute du Tanzanien sur Vanheusden.

27e : L’occasion pour Heynen ! Lancé en profondeur sur la gauche, Junya Ito centre en un temps, à ras de terre. Le ballon, laborieusement repoussé par Bodart, arrive sur le pied gauche de Heynen qui frappe dans le but vide, mais Gavory sauve son équipe in extremis et dégage le ballon ! Quelle nouvelle grosse occasion pour le RC Genk !

37e : Un coup franc à 25 mètres des buts genkois est obtenu par les Rouches. C’est Mpoku qui le tire, mais son ballon est trop centré, trop peu puissant et arrive tranquillement dans les bras de Gaëtan Coucke.

40e :Parti en contre, Ianis Hagi se sert de l'appel à droite de Ito pour déclencher une frappe du gauche à 35 mètres. Tir contré par Laifis.

41e : La tête ratée de Heynen au-dessus ! Un centre de Maehle arrive à Heynen dans le petit rectangle, arrivé de la deuxième ligne. Le jeune milieu de terrain belge rate complètement sa tête et propulse le ballon dans les tribunes ! Nouveau raté pour Heynen, qui bénéficie pourtant d'espace !

45e+1 :Un centre à ras de terre de Lestienne trouve Mpoku dans le rectangle. Sa frappe puissante du droit, en déséquilibre, est contrée de justesse ! C'est pas passé loin pour les Liégeois !

46e :La frappe de Lestienne ! Servi par Mpoku, venu de la gauche, Lestienne frappe en un temps. Son ballon travaillé passe devant l'équerre gauche de Coucke ! La rencontre a repris tambour battant.

55e : Lancé en contre par Mpoku, Lestienne fixe et rentre dans l'axe depuis la droite. Il sert Amallah à l'opposé, mais la frappe du Borain du gauche est trop imprécise. Elle part en sortie de but, sans inquiéter Coucke.

62e :Cela commence à se tendre. Après une intervention ratée sur Avenatti, Dewaest commet un tacle curieux sur Amallah. Ayant manqué de peu la cheville du Rouche, Dewaest écope d'un carton jaune. Le capitaine de Genk s'en sort très bien ...

63e : Eric Deflandre, l'entraîneur adjoint du Standard, qui s'en est pris vertement à l'arbitre, écope d'un carton rouge. Michel Preud'homme écope également d'un habituel carton jaune ...

76e : Lancé côté gauche, Carcela tente une frappe dans un angle fermé. Coucke, vigilant, arrête le ballon en deux temps.

77e :Après un débordement, Lestienne repique dans l'axe. Il centre du droit et trouve Avenatti dans le rectangle, mais le coup de tête lobé de l'Uruguayen passe devant la cage de Coucke. Sortie de but.

84e : Le but de Samuel Bastien ! Servi à l'entrée du rectangle par Fai, Samuel Bastien repique dans l'axe et frappe du gauche. Son ballon ne laisse aucune chance à Coucke ! 1-0 pour le Standard !

89e :Un centre de Uronen trouve Onuachu dans le rectangle, qui prend le dessus sur Vanheusden. La tête du Nigérian est manquée, et passe 1 mètre au-dessus du but de Bodart ! Nouvelle occasion ratée pour Genk.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10838715-046

    Par Cédric Martin (avec M.S.)

    Charleroi

    Sporting de Charleroi: la résurrection de Kaveh Rezaei

  • Mignolet a encaissé deux buts au Bosuil.

    Par Vincent Joséphy

    Division 1A

    Trois défaites en 19 jours: le Club de Bruges coince

  • PHOTONEWS_10831226-003

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Radja Nainggolan est redevenu une arme fatale

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite