Crise en Catalogne: Barcelone réclame à l’Espagne des «négociations sans conditions»

Crise en Catalogne: Barcelone réclame à l’Espagne des «négociations sans conditions»
EPA

Le gouvernement régional indépendantiste de Catalogne a demandé samedi au gouvernement espagnol, après cinq jours de violences, la tenue de «négociations sans conditions» pour résoudre le conflit dans la région, aggravé par la condamnation de dirigeants indépendantistes.

«Nous exhortons le chef du gouvernement (le socialiste Pedro Sanchez) à fixer aujourd’hui même un jour et une heure pour nous asseoir à une table de négociation sans conditions (...) C’est sa responsabilité et son obligation», a déclaré le président régional Quim Torra dans une allocution solennelle.

En exigeant des négociations «sans conditions», Quim Torra veut que la question d’un référendum d’autodétermination, dont Madrid ne veut pas entendre parler, puisse être abordée.

«Cela fait longtemps que nous demandons ce processus de négociation pour une résolution politique d’un conflit politique. Aujourd’hui, c’est plus urgent que jamais», a-t-il ajouté.

Cet appel intervient au lendemain de la cinquième nuit consécutive de violence en Catalogne, au cours de laquelle 182 personnes ont été blessées et 83 interpellées lors d’affrontements entre manifestants et policiers.

A Barcelone seulement, plus de 150 personnes ont été blessées après des heures d’affrontements au cours desquelles les policiers ont tiré des balles de caoutchouc, des gaz lacrymogènes et utilisé pour la première fois un canon à eau, face à des groupes d’émeutiers lançant pierres et objets métalliques.

Torra a appelé «à la responsabilité lors des prochaines manifestations» et souligné que «la défense des droits et libertés doit s’exprimer comme toujours, pacifiquement».

«La violence n’a jamais été notre bannière et ne le sera jamais», a-t-il insisté, sans toutefois condamner explicitement les violences de la veille.

Son numéro deux, Pere Aragones, a critiqué l’action de la police nationale, exigeant qu’elle agisse «de manière proportionnée, cohérente et opportune».

La police régionale aux ordres du gouvernement catalan, les Mossos d’Esquadra, a elle aussi été en première ligne ces derniers jours, utilisant balles de caoutchouc et canon à eau et suscitant les critiques des manifestants vis-à-vis de Torra, accusé d’étouffer des protestations qu’il encourage lui-même dans ses discours.

Le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska a estimé que le discours de Torra ne contenait pas de «condamnation ferme» de la violence et appelé les dirigeants catalans à choisir le «chemin des institutions démocratiques».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite