Serie A: l’Atalanta de Castagne remontée par la Lazio après avoir mené 0-3

©EPA
©EPA

L’Atalanta Bergame a dû se contenter d’un partage 3-3 au stadio olimpico de Rome face à la Lazio samedi après-midi en ouverture de la 8e journée de Serie A. L’équipe de Timothy Castagne menait 0-3 à la pause mais s’est faite remonter en deuxième période. Le Diable rouge est resté toute la rencontre sur le banc.

La ’Dea’ pensait être à l’abri après 45 minutes de haut vol couronnées par un doublé de Luis Muriel (23e et 28e) et un but de Papu Gomez (37e). Pourtant, les Lombards ont craqué en deuxième mi-temps. Ciro Immobile a redonné espoir à la Lazio sur penalty (69e). Une minute plus tard, tout était relancé grâce à Joaquin Correa (70e). Fatigués, les joueurs de l’Atalanta ont manqué de lucidité en contre et commirent une autre faute dans le rectangle qui a permis à Immobile d’égaliser dans les arrêts de jeu (90e+2). Sur le banc, Jordan Lukaku n’a toujours pas regoûté au plaisir de la compétition depuis sa blessure au genou.

Alors qu’elle aurait pu revenir à la hauteur de la Juventus (19 pts), l’Atalanta est 3e de Serie A avec 17 unités. La Lazio occupe la 6e place avec 12 points.

Mardi, l’Atalanta se déplace à l’Ethiad Stadium pour affronter Manchester City pour son troisième match de poule en Ligue des Champions. L’équipe de Castagne présente un bilan de 0 sur 6 après les deux premières journées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite