Faillite de Thomas Cook: un accord conclu sur les conditions de travail des employés repris

Faillite de Thomas Cook: un accord conclu sur les conditions de travail des employés repris
Silas Stein

Un accord a été conclu à propos des salaires et des conditions de travail concernant les anciens travailleurs de Thomas Cook réembauchés normalement à partir de lundi dans une soixantaine d’agences Neckermann, ont confirmé samedi le repreneur, le voyagiste espagnol Wamos, et les syndicats.

Les conditions correspondent dans les grandes lignes à celles en vigueur au sein de l’ancien Thomas Cook Retail Belgium, selon Frédéric Van Waeijenberge, directeur commercial de Wamos Benelux.

Un avis partagé par Katrien Degryse du Setca. Les travailleurs conserveront ainsi leur ancienneté et leur salaire brut, explique la déléguée syndicale. Idem pour l’assurance hospitalisation et les crédits-temps. La valeur des chèques-repas devrait par contre diminuer. Le système de bonus devrait également être revu.

Cet accord était un des derniers points à résoudre en vue de la réouverture des 62 agences de voyages et du site internet sous le logo de Neckermann lundi. Reste à savoir si cette échéance pourra être rencontrée car un nouveau système informatique doit être installé. Mais «tout semble en ordre pour pouvoir démarrer lundi», selon Frédéric Van Waeijenberge.

Wamos a annoncé voici une semaine environ la reprise de 62 des 91 agences de voyages et de près de 200 travailleurs sur les 500 employés par l’ancien Thomas Cook Retail Belgium. Les agences qui porteront le nom de Neckermann ne proposeront dans un premier temps que des produits comme Corendon, Pegase, Club Med et MisterFly.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite