Cessez-le-feu en Syrie: la Turquie dément empêcher le retrait des forces kurdes

Cessez-le-feu en Syrie: la Turquie dément empêcher le retrait des forces kurdes
AFP

La Turquie a démenti samedi avoir bloqué le retrait des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie comme l’en a accusée leur commandant.

Les forces kurdes «propagent des fausses informations pour saboter l’accord turco-américain», prévoyant le retrait des combattants kurdes des zones frontalières de la Turquie dans un délai expirant mardi, a déclaré un haut responsable turc, qui a requis l’anonymat.

Le commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants Kurdes des YPG, a accusé vendredi la Turquie de saboter un accord de trêve dans le nord de la Syrie, en empêchant leur retrait de la ville assiégée de Ras al-Aïn.

Les «Turcs empêchent le retrait du secteur de Ras al-Aïn, ils empêchent la sortie de nos forces, des blessés et des civils» de la ville, a déclaré le commandant, Mazloum Abdi, dans un entretien téléphonique, faisant porter la responsabilité aux Américains.

>Cessez-le-feu en Syrie: «Dès que le délai expire, nous reprendrons là où nous nous étions arrêtés», affirme Erdogan

Le responsable turc a affirmé que l’armée turque avait au contraire «fourni des informations détaillées aux Américains, y compris des coordonnées GPS, pour faciliter le retrait des YPG».

Un accord arraché jeudi par le vice-président américain Mike Pence lors d’une visite à Ankara prévoit la suspension pour 120 heures de l’offensive turque lancée le 9 octobre, et de mettre fin à cette offensive si les forces kurdes des YPG, considérées comme «terroristes» par Ankara, se retirent pendant cette période des zones frontalières de la Turquie dans le nord-est de la Syrie.

Outre le retrait des YPG, l’accord prévoit la mise en place d’une «zone de sécurité» de 32 km de largeur en territoire syrien, même si la longueur de cette bande, que le président turc Recep Tayyip Erdogan veut à terme étendre sur près de 450 km, reste à définir.

«La Turquie est à 100% derrière cet accord. Nous avons obtenu tout ce que nous voulions à la table des négociations. Il est absurde de laisser croire que nous sabotons un accord qui nous convient», a ajouté le responsable turc, accusant les YPG de «défier» le président américain Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite