Crise en Catalogne: Barcelone à nouveau sous tension (photos et vidéo)

Des milliers d’indépendantistes manifestaient dans une ambiance tendue samedi soir à Barcelone, qui craignait de nouvelles violences au lendemain d’affrontements ayant fait plus de 180 blessés dans la région, tandis qu’aucune issue politique ne semblait en vue.

«Nous sommes des gens de paix», criaient les manifestants rassemblés de nouveau sur la place épicentre des violences de la veille, à l’appel de la gauche radicale indépendantiste et d’autres collectifs pour dénoncer la «répression» des forces de l’ordre. «Les forces d’occupation dehors», scandait la foule, en référence à la police encerclant la zone avec de nombreux agents et fourgons.

Après cinq jours de violences, qui ont fait au total près de 600 blessés dans la région, Barcelone redoutait de revivre le chaos des nuits précédentes, marquées par des scènes de guérilla urbaine et de durs affrontements entre agents anti-émeutes et radicaux aux visages masqués lançant pierres, objets métalliques et élevant des barricades enflammées avec du mobilier urbain. La police a utilisé balles de caoutchouc, gaz lacrymogènes et un canon à eau pour les disperser.

«J’appelle à ce que cette manifestation se déroule de manière civique, pacifique», a déclaré le responsable régional de l’Intérieur, l’indépendantiste Miquel Buch.

A moins d’un mois des élections législatives du 10 novembre, ces violences mettent sous pression le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez, qui a dépêché son ministre de l’Intérieur à Barcelone et est vivement critiqué par l’opposition de droite.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 182 personnes ont été blessées dans toute la Catalogne, dont 152 à Barcelone, le plus lourd bilan depuis le début des manifestations lundi, déclenchées par la condamnation à de lourdes peines de prison de neuf dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017.

Environ 300 personnes ont été interpellées en Catalogne depuis lundi, selon le ministère de l’Intérieur.

Samedi dans la journée, la vie avait toutefois repris quasiment normalement dans la capitale catalane. Et beaucoup de touristes confiaient leur volonté de continuer à profiter de leur séjour.

Les heurts avaient éclaté vendredi au terme d’une immense manifestation pacifique de quelque 525.000 personnes à Barcelone.

«Cela ne peut pas continuer, Barcelone ne mérite pas ça», a réagi la maire de gauche de la ville Ada Colau, appelant au dialogue pour résoudre «un conflit de fond».

Le président catalan séparatiste Quim Torra a exigé des «négociations sans conditions» avec Madrid, c’est-à-dire sans exclure la possibilité de discuter d’un référendum d’autodétermination.

Il s’est aussitôt vu opposer une fin de non-recevoir par le gouvernement central, qui lui a demandé de «condamner fermement la violence», au vu de l’ambiguïté de ses dernières déclarations, et de reconnaître les Catalans opposés à la sécession.

Les partis de droite ont multiplié les déclarations appelant le gouvernement Sanchez à prendre des mesures drastiques, dans une ambiance préélectorale.

Le conservateur Pablo Casado a promis que son Parti populaire «serait la digue de contention face au défi séparatiste», tandis que Ciudadanos (centre-droit) réclamait la destitution du président catalan, qualifié de «danger public».

«L’Etat n’est pas débordé», a assuré le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska, soulignant que la police agissait «de manière proportionnée» face à «l’extrême virulence des groupes indépendantistes radicaux».

Nées de la frustration d’une partie de la base indépendantiste, deux ans après l’échec de la tentative de sécession de 2017, les violences apparues depuis lundi ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste, qui s’est toujours targué d’être non-violent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite