Un match de Coupe d’Angleterre arrêté à la suite d’insultes racistes envers un joueur

©Photonews
©Photonews

Un match du quatrième tour de la Coupe d’Angleterre opposant Haringey Borough (7e division) à Yeovil Town (5e division) a été arrêté à la suite d’insultes racistes contre le gardien camerounais de Haringey, samedi.

Yeovil Town menait 1-0 et venait de bénéficier d’un penalty quand des incidents ont éclaté entre ses supporters venus en nombre, massés derrière le but, et le gardien camerounais de Haringey, Douglas Valery Pajetat. Selon un témoin cité par l’agence PA, le gardien s’est approché des supporters pour discuter et des objets lui ont été lancés par ces derniers.

Les joueurs des deux équipes ont essayé de calmer le jeu mais l’entraîneur de Haringey a demandé à ses joueurs de quitter le terrain, a ajouté ce témoin.

Ils ont été immédiatement suivis par ceux de Yeovil. Quelques instants plus tard, les deux équipes sont revenues sur la pelouse applaudir les supporters qui s’étaient bien comportés mais le match a été définitivement interrompu (vidéo).

« Le match a été arrêté à la suite d’insultes racistes. Il faut souligner que 99,9 % des supporters de Yeovil sont aussi dégoûtés par ce qui s’est passé que nous », a écrit le club de Haringey Borough sur son compte Twitter.

L’ONG « Kick It Out », qui combat le racisme dans le football a loué la réaction « rapide et déterminée » de l’entraîneur de Haringey, Tom Loizou, et de ses joueurs.

Kick It Out l’a comparée à celle de l’équipe d’Angleterre en Bulgarie il y a cinq jours, lorsque ses joueurs noirs ont été la cible de cris racistes lors d’un match éliminatoire pour l’Euro-2020.

>Racisme dans le foot: les sanctions de l’UEFA «parmi les plus sévères», assure Ceferin

S’ils n’ont pas quitté le terrain, les joueurs et le staff anglais ont immédiatement averti les officiels des incidents. Plusieurs hommes ont été arrêtés par la police bulgare pour leur participation présumée à ces incidents.

L’UEFA a également ouvert une enquête qui pourrait déboucher sur de nouvelles sanctions contre la Bulgarie, dont le stade était déjà partiellement fermé pour ses raisons similaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite