Présidentielle 2020 aux Etats-Unis: «AOC», figure de la jeune garde démocrate, soutient Bernie Sanders (photos et vidéo)

L’élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, connue comme « AOC », a apporté samedi son soutien à Bernie Sanders dans la course des primaires présidentielles de son parti, alors que le candidat de 78 ans tenait son premier meeting depuis sa crise cardiaque du 1er octobre.

« Je l’appelle ‘tio’ Bernie », a lancé Alexandria Ocasio-Cortez, 30 ans, ancienne serveuse d’origine porto-ricaine propulsée au Congrès l’an dernier, lors d’un grand meeting du candidat dans sa circonscription du Queens, à New York. « Tio » veut dire oncle en espagnol.

« La seule chose qui me donnait espoir dans ma campagne incertaine pour le Congrès, c’est que Bernie Sanders avait prouvé qu’on pouvait mener une campagne populaire et gagner », a lancé la parlementaire, créditant son aîné d’avoir montré la voie en ayant toujours refusé tout financement politique par des entreprises.

« Quand j’étais serveuse et que je finissais mes études endettée, Bernie Sanders était l’un des seuls à dire que personne ne devrait commencer sa vie professionnelle avec une dette écrasante », a-t-elle lancé dans un discours enflammé.

« La course des primaires démocrates compte les meilleurs candidats jamais vus depuis une génération, et c’est en grande partie grâce au travail de toute une vie de Bernie Sanders », a dit AOC.

La benjamine du Congrès américain se revendique « socialiste », tout comme Bernie Sanders, qui siège, lui, au Capitole depuis 1991.

« On a du mal à croire à quel point elle a changé la politique en Amérique », a vanté le sénateur du Vermont peu après sur la même scène.

AOC rejoint ainsi autour du septuagénaire sa collègue Ilhan Omar, autre symbole de la nouvelle garde démocrate et membre de ce que Donald Trump appelle « la brigade », qu’il accuse de « haïr l’Amérique ». Ilhan Omar, la première femme noire musulmane élue au Congrès, a apporté mardi son soutien à Bernie Sanders.

La campagne des primaires démocrates oppose une vingtaine de candidats, dont 12 ont participé à un débat cette semaine. A ce stade, Joe Biden, Elizabeth Warren et Bernie Sanders occupent les trois premières places dans les sondages, mais les premiers votes n’auront lieu qu’en février, dans l’Iowa.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite